"Ici et là, certaines entrées n'étaient peut-être pas rouvertes à 7h00 pile, mais globalement tout s'est déroulé sans problème", a rapporté An Van hamme, porte-parole de la Stib. Pour faciliter le travail des agents de police et des militaires, seuls un ou deux accès par station exploitée sont ouverts. Dix-huit stations sont encore complètement fermées: Eddy Merckx, La Roue, Veeweyde, Aumale, Maelbeek, Thieffry, Hankar, Beaulieu, Joséphine-Charlotte, Gribaumont, Vandervelde, Delacroix, Ossegem, Pannenhuis, Houba Brugmann, Parvis de Saint-Gilles, Boileau et Georges Henri. Leur réouverture dépend des gouvernements fédéral et bruxellois. La Stib n'a pas dû faire face à l'absentéisme de son personnel après les attaques terroristes du 22 mars, dont l'une perpétrée dans une rame de métro, d'après la porte-parole. Les travailleurs qui le souhaitent ont toujours droit à un soutien psychologique. (Belga)