Selon les avocats, la justice bruxelloise n'est pas en mesure de se pencher de manière objective sur les faits étant donné qu'une des victimes, le jeune étudiant Léopold Hecht, n'est autre que le fils de la magistrate bruxelloise qui préside la chambre du conseil. "Nous considérons qu'on ne peut pas demander à des magistrats du tribunal de première instance bruxellois qu'ils fassent preuve d'une objectivité absolue si le fils d'un de leurs collègues est victime dans ce dossier", a déclaré Me Vandemeulebroucke. "C'est impossible qu'ils soient totalement objectifs dans cette affaire. Nous demandons à porter l'affaire dans une autre juridiction." Les avocats ont en conséquence introduit mercredi une requête en suspicion légitime. La Cour de Cassation devra se prononcer sur cette requête prochainement. Face aux critiques reçues, Maitres Van Eecke et Vandemeulebroucke assurent de la légitimité de leur initiative, en mettant en avant qu'une telle procédure est considérée comme normale au Pays-Bas. (Belga)

Selon les avocats, la justice bruxelloise n'est pas en mesure de se pencher de manière objective sur les faits étant donné qu'une des victimes, le jeune étudiant Léopold Hecht, n'est autre que le fils de la magistrate bruxelloise qui préside la chambre du conseil. "Nous considérons qu'on ne peut pas demander à des magistrats du tribunal de première instance bruxellois qu'ils fassent preuve d'une objectivité absolue si le fils d'un de leurs collègues est victime dans ce dossier", a déclaré Me Vandemeulebroucke. "C'est impossible qu'ils soient totalement objectifs dans cette affaire. Nous demandons à porter l'affaire dans une autre juridiction." Les avocats ont en conséquence introduit mercredi une requête en suspicion légitime. La Cour de Cassation devra se prononcer sur cette requête prochainement. Face aux critiques reçues, Maitres Van Eecke et Vandemeulebroucke assurent de la légitimité de leur initiative, en mettant en avant qu'une telle procédure est considérée comme normale au Pays-Bas. (Belga)