L'effectif déployé correspond à 40 voire 50% des agents de contrôle armés pouvant être mobilisés. "Nécessité fait loi", indique Kristian Vanderwaeren. "Normalement, ces personnes sont affectées à d'autres contrôles, comme l'inspection des conteneurs ou les contrôles du diesel des poids lourds. Maintenant, elles vérifient, à côté de policiers et de militaires, les bagages dans les aéroports et les ports maritimes, ou à la gare de Bruxelles-Midi. "Elles ne procèdent pas à des fouilles corporelles - qui restent du ressort de la police - mais notre personnel vérifie les bagages des voyageurs", a expliqué l'administrateur général des Douanes et accises. Les services des Douanes et accises disent ainsi répondre aux demandes du gouvernement dans la lutte contre le terrorisme. "Nous avons modifié notre planning normal pour les cinq prochains mois afin de pouvoir détacher des personnes pour des contrôles anti-terrorisme. Ce sera bien sûr difficile, à l'approche de l'été. Nous devons voir si nous pouvons continuer à combiner les contrôles normaux avec une éventuelle demande prolongée du gouvernement", souligne l'administrateur général. "Ce n'est pas parce qu'il y a moins de contrôles dans certains domaines, que nous ne menons plus de contrôles ciblés. Au contraire, nous continuons à nous battre à la fois contre le trafic de drogue et la fraude au carburant. Avec moins d'hommes peut-être, mais pas avec moins d'efficacité", assure Kristian Vanderwaeren. (Belga)

L'effectif déployé correspond à 40 voire 50% des agents de contrôle armés pouvant être mobilisés. "Nécessité fait loi", indique Kristian Vanderwaeren. "Normalement, ces personnes sont affectées à d'autres contrôles, comme l'inspection des conteneurs ou les contrôles du diesel des poids lourds. Maintenant, elles vérifient, à côté de policiers et de militaires, les bagages dans les aéroports et les ports maritimes, ou à la gare de Bruxelles-Midi. "Elles ne procèdent pas à des fouilles corporelles - qui restent du ressort de la police - mais notre personnel vérifie les bagages des voyageurs", a expliqué l'administrateur général des Douanes et accises. Les services des Douanes et accises disent ainsi répondre aux demandes du gouvernement dans la lutte contre le terrorisme. "Nous avons modifié notre planning normal pour les cinq prochains mois afin de pouvoir détacher des personnes pour des contrôles anti-terrorisme. Ce sera bien sûr difficile, à l'approche de l'été. Nous devons voir si nous pouvons continuer à combiner les contrôles normaux avec une éventuelle demande prolongée du gouvernement", souligne l'administrateur général. "Ce n'est pas parce qu'il y a moins de contrôles dans certains domaines, que nous ne menons plus de contrôles ciblés. Au contraire, nous continuons à nous battre à la fois contre le trafic de drogue et la fraude au carburant. Avec moins d'hommes peut-être, mais pas avec moins d'efficacité", assure Kristian Vanderwaeren. (Belga)