L'homme de 43 ans représentait en effet un danger pour la sécurité publique, l'intéressé ayant déjà été reconnu coupable de plusieurs délits et expulsé du territoire italien en 2013. Il y était cependant revenu après avoir reçu un visa délivré par l'ambassade d'Italie au Caire, poursuit le ministère de l'Intérieur. L'individu expulsé se trouvait dans les contacts retrouvés dans le gsm d'Anis Amry qui a foncé au volant d'un camion volé le 19 décembre dernier sur un marché de Noël de la capitale allemande. Douze personnes avaient été tuées lors de cette attaque. L'auteur des faits d'origine tunisienne avait été abattu quelques jours plus tard par la police italienne près de Milan. L'enquête menée sur Anis Amry avait permis aux autorités italiennes de remonter jusqu'à l'Egyptien. La police devait découvrir dans le mobilhome de ce dernier une machette ainsi qu'un gsm contenant des "chants glorifiant la guerre sainte". Trente-neuf personnes ont déjà été expulsées d'Italie pour extrémisme à ce jour. (Belga)

L'homme de 43 ans représentait en effet un danger pour la sécurité publique, l'intéressé ayant déjà été reconnu coupable de plusieurs délits et expulsé du territoire italien en 2013. Il y était cependant revenu après avoir reçu un visa délivré par l'ambassade d'Italie au Caire, poursuit le ministère de l'Intérieur. L'individu expulsé se trouvait dans les contacts retrouvés dans le gsm d'Anis Amry qui a foncé au volant d'un camion volé le 19 décembre dernier sur un marché de Noël de la capitale allemande. Douze personnes avaient été tuées lors de cette attaque. L'auteur des faits d'origine tunisienne avait été abattu quelques jours plus tard par la police italienne près de Milan. L'enquête menée sur Anis Amry avait permis aux autorités italiennes de remonter jusqu'à l'Egyptien. La police devait découvrir dans le mobilhome de ce dernier une machette ainsi qu'un gsm contenant des "chants glorifiant la guerre sainte". Trente-neuf personnes ont déjà été expulsées d'Italie pour extrémisme à ce jour. (Belga)