Le recteur de la grande mosquée de Paris Dalil Boubakeur a fait part de la "sidération" des musulmans devant "un sacrilège blasphématoire". L'archevêque de Paris Monseigneur Vingt-Trois a estimé que les croyants de France "ne doivent pas se laisser entraîner dans le jeu politique" du groupe Etat islamique (EI) qui "veut dresser les uns contre les autres les enfants d'une même famille". "En s'attaquant à un prêtre, on voit bien quel est l'objectif: jeter les Français les uns contre les autres, s'attaquer à une religion pour provoquer une guerre de religions", avait estimé dès mardi le Premier ministre Manuel Valls. François Hollande a également réuni mercredi un Conseil de sécurité et de défense pour étudier d'éventuelles nouvelles mesures de protection des lieux de culte. Mardi soir, le président, dont la tâche est compliquée par son impopularité, avait exhorté les Français à ne pas se diviser. (Belga)

Le recteur de la grande mosquée de Paris Dalil Boubakeur a fait part de la "sidération" des musulmans devant "un sacrilège blasphématoire". L'archevêque de Paris Monseigneur Vingt-Trois a estimé que les croyants de France "ne doivent pas se laisser entraîner dans le jeu politique" du groupe Etat islamique (EI) qui "veut dresser les uns contre les autres les enfants d'une même famille". "En s'attaquant à un prêtre, on voit bien quel est l'objectif: jeter les Français les uns contre les autres, s'attaquer à une religion pour provoquer une guerre de religions", avait estimé dès mardi le Premier ministre Manuel Valls. François Hollande a également réuni mercredi un Conseil de sécurité et de défense pour étudier d'éventuelles nouvelles mesures de protection des lieux de culte. Mardi soir, le président, dont la tâche est compliquée par son impopularité, avait exhorté les Français à ne pas se diviser. (Belga)