Lors d'une première perquisition, à 300 mètres à peine de l'église où s'est déroulé le drame, au moins une interpellation a eu lieu, a constaté un photographe de l'AFP. Selon une source proche de l'enquête, il s'agit du domicile d'un des présumés auteurs de la prise d'otages. Selon des témoins sur place, une autre interpellation avait eu lieu précédemment, en début d'après-midi. Peu avant 18h00, le dispositif a été levé sur les lieux de cette première perquisition. Une autre perquisition était en cours mardi soir dans une zone résidentielle des quartiers nord de la commune, a constaté un autre photographe de l'AFP. Selon un voisin, il s'agirait du domicile des parents de l'un des deux présumés preneurs d'otage. "Je l'ai vu pour la dernière fois vendredi. Il jouait au foot dans son jardin. Il ne nous parlait jamais. Il a un frère handicapé mental, je pensais qu'il l'était aussi. On savait qu'il voulait aller en Syrie", a expliqué à une journaliste de l'AFP ce voisin, qui a souhaité conserver l'anonymat. Cette prise d'otages meurtrière a été revendiquée mardi par l'organisation djihadiste État islamique (EI). (Belga)

Lors d'une première perquisition, à 300 mètres à peine de l'église où s'est déroulé le drame, au moins une interpellation a eu lieu, a constaté un photographe de l'AFP. Selon une source proche de l'enquête, il s'agit du domicile d'un des présumés auteurs de la prise d'otages. Selon des témoins sur place, une autre interpellation avait eu lieu précédemment, en début d'après-midi. Peu avant 18h00, le dispositif a été levé sur les lieux de cette première perquisition. Une autre perquisition était en cours mardi soir dans une zone résidentielle des quartiers nord de la commune, a constaté un autre photographe de l'AFP. Selon un voisin, il s'agirait du domicile des parents de l'un des deux présumés preneurs d'otage. "Je l'ai vu pour la dernière fois vendredi. Il jouait au foot dans son jardin. Il ne nous parlait jamais. Il a un frère handicapé mental, je pensais qu'il l'était aussi. On savait qu'il voulait aller en Syrie", a expliqué à une journaliste de l'AFP ce voisin, qui a souhaité conserver l'anonymat. Cette prise d'otages meurtrière a été revendiquée mardi par l'organisation djihadiste État islamique (EI). (Belga)