L'explosion est survenue dans un lieu de rassemblement de taxis et de bus dans la ville d'Al-Bab, sous contrôle de l'armée turque depuis deux ans, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Quatorze personnes, y compris neuf civils, ont été tuées et 33 blessés, dont certaines sont dans un état grave, selon l'OSDH. Des corps carbonisés gisaient sur le sol, d'après la même source. L'attentat n'a été revendiqué dans l'immédiat. Ancien fief du groupe jihadiste Etat islamique (EI), la ville d'Al-Bab est située à 30 km au nord-est d'Alep. Elle est le théâtre de violences dont des assassinats depuis sa conquête il y a plus de deux ans par les forces turques aidées de leurs supplétifs syriens, d'après l'Observatoire. En 2017, l'armée turque avait pris la ville dans le cadre d'une opération anti-EI dans le nord de la Syrie. En mars 2019, l'EI a été vaincu dans son dernier fief, aux confins orientaux de la Syrie par les forces kurdes, soutenues par une coalition internationale dirigée par Washington. Le groupe a toutefois muté en organisation clandestine menant des attentats meurtriers dans plusieurs régions. Déclenchée en 2011 par des manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie s'est complexifiée au fil des ans avec l'intervention de puissances étrangères et de groupes jihadistes. Le conflit a fait plus de 370.000 morts et déplacé des millions de personnes. (Belga)