S'exprimant dans l'émission télévisée ZiB Spezial, citée par l'agence de presse autrichienne APA, M. Kurz a affirmé que l'attaque était "définitivement" de nature terroriste. Il n'était pas en mesure d'assurer si les Viennois allaient pouvoir reprendre une vie normale mardi. Le chancelier a aussi concédé qu'il n'y avait aucune information au sujet des motifs de l'attentat. Au moins un suspect est encore en fuite, a informé par la suite le ministre de l'Intérieur Karl Nehammer lors d'une conférence de presse dans la nuit de lundi à mardi. "Nous avons affaire à un attentat terroriste, d'une gravité que nous n'avions pas connue depuis longtemps en Autriche", a-t-il déploré. Il a aussi confirmé que les unités spéciales autrichiennes avaient éliminé "un terroriste lourdement armé". Les évènements sont toujours considérés en cours. La police a confirmé qu'à partir de 20h00 lundi soir, plusieurs assaillants armés ont ouvert le feu, en six lieux de la ville. Un homme a été tué, et plusieurs personnes ont été blessées dont un policier. Les autorités prient les Viennois de rester à l'abri dans la nuit de lundi à mardi. L'école ne sera pas obligatoire pour les élèves viennois mardi, aussi communiqué le ministre de l'Intérieur. Le ministre de l'Intérieur a relayé un appel de la police à transmettre aux forces de l'ordre toutes images relatives aux faits. A ses côtés lors de la conférence de presse, le directeur général de la Sécurité publique, Franz Ruf, a annoncé "un renforcement des contrôles aux frontières" et la mise en place de barrages dans la ville. Une des attaques a été perpétrée non loin d'une synagogue, selon les médias locaux, ce que la police n'a toutefois pas encore confirmé. "A ce stade, il n'est pas possible de dire si la synagogue était visée", a précisé Oskar Deutsch, le président de la Communauté israélite de Vienne (IKG). Ces évènements funestes sont survenus la veille d'un reconfinement en raison de la recrudescence du Covid-19 dans le pays européen, les Viennois profitaient donc d'une dernière soirée sans couvre-feu. (Belga)

S'exprimant dans l'émission télévisée ZiB Spezial, citée par l'agence de presse autrichienne APA, M. Kurz a affirmé que l'attaque était "définitivement" de nature terroriste. Il n'était pas en mesure d'assurer si les Viennois allaient pouvoir reprendre une vie normale mardi. Le chancelier a aussi concédé qu'il n'y avait aucune information au sujet des motifs de l'attentat. Au moins un suspect est encore en fuite, a informé par la suite le ministre de l'Intérieur Karl Nehammer lors d'une conférence de presse dans la nuit de lundi à mardi. "Nous avons affaire à un attentat terroriste, d'une gravité que nous n'avions pas connue depuis longtemps en Autriche", a-t-il déploré. Il a aussi confirmé que les unités spéciales autrichiennes avaient éliminé "un terroriste lourdement armé". Les évènements sont toujours considérés en cours. La police a confirmé qu'à partir de 20h00 lundi soir, plusieurs assaillants armés ont ouvert le feu, en six lieux de la ville. Un homme a été tué, et plusieurs personnes ont été blessées dont un policier. Les autorités prient les Viennois de rester à l'abri dans la nuit de lundi à mardi. L'école ne sera pas obligatoire pour les élèves viennois mardi, aussi communiqué le ministre de l'Intérieur. Le ministre de l'Intérieur a relayé un appel de la police à transmettre aux forces de l'ordre toutes images relatives aux faits. A ses côtés lors de la conférence de presse, le directeur général de la Sécurité publique, Franz Ruf, a annoncé "un renforcement des contrôles aux frontières" et la mise en place de barrages dans la ville. Une des attaques a été perpétrée non loin d'une synagogue, selon les médias locaux, ce que la police n'a toutefois pas encore confirmé. "A ce stade, il n'est pas possible de dire si la synagogue était visée", a précisé Oskar Deutsch, le président de la Communauté israélite de Vienne (IKG). Ces évènements funestes sont survenus la veille d'un reconfinement en raison de la recrudescence du Covid-19 dans le pays européen, les Viennois profitaient donc d'une dernière soirée sans couvre-feu. (Belga)