Un jeune Afghan de 17 ans, arrivé il y a deux ans en Allemagne en tant que mineur non-accompagné et demandeur d'asile depuis l'an dernier, a blessé quatre personnes lundi soir dans un train régional assurant une liaison entre les villes de Treuchlingen et Wurtzbourg en Bavière. Le jeune homme a attaqué ses victimes à la hache et au couteau. En Belgique, 36 réfugiés mineurs non-accompagnés ont été placés lors des trois derniers mois pour des raisons disciplinaires. "L'Allemagne travaille avec des très grands centres pour mineurs, où des milliers de jeunes se retrouvent. L'approche en Belgique est différente, à plus petite échelle", a expliqué Theo Francken. Le secrétaire d'Etat a dû faire face à plusieurs questions embarrassantes sur le transfert de certains mineurs, qui doivent parfois passer de l'autre côté de la frontière linguistique. En raison de la diminution des demandes d'asile, certains centres d'accueil ferment, ce qui provoque le déplacement des jeunes dans d'autres centres qui restent ouverts et un changement d'école quasi inévitable. "Idéalement, il ne devrait pas y avoir de transfert et lorsque cela se produit toutefois, cela ne doit pas se faire vers l'autre communauté linguistique", a insisté Nahima Lanjri. "Il s'agit souvent de jeunes traumatisés", a rappelé pour sa part Wouter De Vriendt. Actuellement, 276 mineurs non-accompagnés sont accueillis dans des centres qui vont fermer, a concédé Theo Francken. "Fedasil s'attèle à éviter autant que possible de déplacer les jeunes durant l'année scolaires, afin de garantir la continuité de l'enseignement." Excepté en cas de placement disciplinaire, il n'y a encore jamais eu de jeunes transférés de l'autre côté de la frontière linguistique sans leur consentement, a assuré le secrétaire d'Etat. (Belga)

Un jeune Afghan de 17 ans, arrivé il y a deux ans en Allemagne en tant que mineur non-accompagné et demandeur d'asile depuis l'an dernier, a blessé quatre personnes lundi soir dans un train régional assurant une liaison entre les villes de Treuchlingen et Wurtzbourg en Bavière. Le jeune homme a attaqué ses victimes à la hache et au couteau. En Belgique, 36 réfugiés mineurs non-accompagnés ont été placés lors des trois derniers mois pour des raisons disciplinaires. "L'Allemagne travaille avec des très grands centres pour mineurs, où des milliers de jeunes se retrouvent. L'approche en Belgique est différente, à plus petite échelle", a expliqué Theo Francken. Le secrétaire d'Etat a dû faire face à plusieurs questions embarrassantes sur le transfert de certains mineurs, qui doivent parfois passer de l'autre côté de la frontière linguistique. En raison de la diminution des demandes d'asile, certains centres d'accueil ferment, ce qui provoque le déplacement des jeunes dans d'autres centres qui restent ouverts et un changement d'école quasi inévitable. "Idéalement, il ne devrait pas y avoir de transfert et lorsque cela se produit toutefois, cela ne doit pas se faire vers l'autre communauté linguistique", a insisté Nahima Lanjri. "Il s'agit souvent de jeunes traumatisés", a rappelé pour sa part Wouter De Vriendt. Actuellement, 276 mineurs non-accompagnés sont accueillis dans des centres qui vont fermer, a concédé Theo Francken. "Fedasil s'attèle à éviter autant que possible de déplacer les jeunes durant l'année scolaires, afin de garantir la continuité de l'enseignement." Excepté en cas de placement disciplinaire, il n'y a encore jamais eu de jeunes transférés de l'autre côté de la frontière linguistique sans leur consentement, a assuré le secrétaire d'Etat. (Belga)