Le 1er octobre 2019, Joel Marin, 25 ans à l'époque, avait fait irruption, armé d'un sabre et de bouteilles d'essence, dans l'une des classes d'un institut de formation professionnelle - où il était inscrit - à Kuopio, dans le centre-est du pays. Une femme, citoyenne ukrainienne née en 1996, avait été tuée et neuf personnes avaient été blessées par le jeune homme, lui-même grièvement atteint par des tirs de la police. À l'ouverture des débats au tribunal de Kuopio, le jeune homme est apparu capuche noire sur la tête et masque de protection sur le visage. Également jugé pour un incendie criminel et une tentative d'agression, il a plaidé coupable de meurtre, de tentatives de meurtres et de la plupart des autres chefs d'accusation. La défense a demandé qu'il soit jugé avec une "responsabilité atténuée" en raison de son profil psychologique. Selon le parquet, Joel Marin a planifié cette attaque dès la fin 2017, et a rejoint un club de tir. Il a également contracté un prêt de 2.000 euros pour acheter des armes, dont une tronçonneuse et un fusil à air comprimé. Il "voulait montrer aux gens qu'il n'était pas un +loser+ et qu'il était capable de faire des choses choquantes", a expliqué la procureure Ulla Oinonen. La cour a également évoqué les transcriptions des interrogatoires dans lesquels Joel Marin dit qu'il voulait se venger pour sa vie malheureuse et solitaire et pour avoir été victime d'intimidations. "J'imaginais bien que tuer des personnes innocentes était mal, mais je m'en fichais", avait-il déclaré lors d'une audition. Le procès doit se poursuivre jusqu'à la semaine prochaine. (Belga)

Le 1er octobre 2019, Joel Marin, 25 ans à l'époque, avait fait irruption, armé d'un sabre et de bouteilles d'essence, dans l'une des classes d'un institut de formation professionnelle - où il était inscrit - à Kuopio, dans le centre-est du pays. Une femme, citoyenne ukrainienne née en 1996, avait été tuée et neuf personnes avaient été blessées par le jeune homme, lui-même grièvement atteint par des tirs de la police. À l'ouverture des débats au tribunal de Kuopio, le jeune homme est apparu capuche noire sur la tête et masque de protection sur le visage. Également jugé pour un incendie criminel et une tentative d'agression, il a plaidé coupable de meurtre, de tentatives de meurtres et de la plupart des autres chefs d'accusation. La défense a demandé qu'il soit jugé avec une "responsabilité atténuée" en raison de son profil psychologique. Selon le parquet, Joel Marin a planifié cette attaque dès la fin 2017, et a rejoint un club de tir. Il a également contracté un prêt de 2.000 euros pour acheter des armes, dont une tronçonneuse et un fusil à air comprimé. Il "voulait montrer aux gens qu'il n'était pas un +loser+ et qu'il était capable de faire des choses choquantes", a expliqué la procureure Ulla Oinonen. La cour a également évoqué les transcriptions des interrogatoires dans lesquels Joel Marin dit qu'il voulait se venger pour sa vie malheureuse et solitaire et pour avoir été victime d'intimidations. "J'imaginais bien que tuer des personnes innocentes était mal, mais je m'en fichais", avait-il déclaré lors d'une audition. Le procès doit se poursuivre jusqu'à la semaine prochaine. (Belga)