Il a fallu près de dix ans pour savoir si cette affaire allait être jugée devant un tribunal correctionnel ou une cour d'assises. Finalement, la chambre des mises en accusation d'Anvers a décidé du renvoi de l'accusé aux assises comme le demandaient les proches de la victime. Pendant toute la durée de l'enquête, Lei B. a été considéré comme suspect car il était depuis des années engagé dans une procédure de divorce avec la victime. Il a été momentanément incarcéré avant d'être libéré après avoir fourni un alibi. Il avait affirmé qu'il séjournait alors dans la maison de vacances de son frère en France. Les enquêteurs ont toutefois pris la peine de reconstituer plus en détail son emploi du temps. Il est alors apparu qu'il avait eu le temps de commettre son crime avant de se rendre en France. Il a alors été de nouveau arrêté avant d'être libéré quelques temps après. Le procès débutera effectivement le 26 avril. La composition du jury sera effectuée trois jours avant. Le procès devrait durer une dizaine de jours. On attend 54 témoins à la barre. Lei B. sera défendu par l'avocat anversois John Maes et l'avocate Karolien Van de Moer. Les parties civiles seront représentées par Bert Partoens, Philip Daeninck et Jo Muylle. Lei B. comparaitra libre à son procès, ce qui est plutôt rare dans un procès d'assises. Aucun mandat d'arrêt n'a été décerné à son encontre. (Belga)

Il a fallu près de dix ans pour savoir si cette affaire allait être jugée devant un tribunal correctionnel ou une cour d'assises. Finalement, la chambre des mises en accusation d'Anvers a décidé du renvoi de l'accusé aux assises comme le demandaient les proches de la victime. Pendant toute la durée de l'enquête, Lei B. a été considéré comme suspect car il était depuis des années engagé dans une procédure de divorce avec la victime. Il a été momentanément incarcéré avant d'être libéré après avoir fourni un alibi. Il avait affirmé qu'il séjournait alors dans la maison de vacances de son frère en France. Les enquêteurs ont toutefois pris la peine de reconstituer plus en détail son emploi du temps. Il est alors apparu qu'il avait eu le temps de commettre son crime avant de se rendre en France. Il a alors été de nouveau arrêté avant d'être libéré quelques temps après. Le procès débutera effectivement le 26 avril. La composition du jury sera effectuée trois jours avant. Le procès devrait durer une dizaine de jours. On attend 54 témoins à la barre. Lei B. sera défendu par l'avocat anversois John Maes et l'avocate Karolien Van de Moer. Les parties civiles seront représentées par Bert Partoens, Philip Daeninck et Jo Muylle. Lei B. comparaitra libre à son procès, ce qui est plutôt rare dans un procès d'assises. Aucun mandat d'arrêt n'a été décerné à son encontre. (Belga)