Dans son arrêt, la cour d'assises tient compte de la volonté de réinsertion de Murat, des circonstances particulières du drame et du fait qu'il n'était pas l'initiateur de la rixe. Elle tient également compte de l'évolution favorable de l'accusé, de ses regrets et de sa volonté de reclassement. L'avocat général Kerkhofs avait requis une peine de 18 ans de prison, alors que l'avocat de l'accusé plaidait une peine de 5 ans assortie d'un sursis probatoire pour ce qui excède la détention préventive de 23 mois déjà effectuée. Le jour des faits vers 23h, une altercation est survenue entre les deux hommes devant le café Les Dsiettes, situé chaussée de Charleroi, dont l'accusé était le tenancier. Une dette de stupéfiants de Murat envers un ami de la victime, contestée par l'accusé, est la cause de la dispute. Raphaël Warnant aurait tenté de frapper Murat avec un tabouret de bar. Ce dernier aurait alors saisi un couteau de boucher d'une trentaine de centimètres. La victime en a reçu un coup en plein coeur. Interrogé, l'accusé a expliqué avoir eu peur et s'être muni de l'arme pour se protéger. Murat a disparu après les faits, il s'est finalement rendu à la police le 16 septembre. (Belga)

Dans son arrêt, la cour d'assises tient compte de la volonté de réinsertion de Murat, des circonstances particulières du drame et du fait qu'il n'était pas l'initiateur de la rixe. Elle tient également compte de l'évolution favorable de l'accusé, de ses regrets et de sa volonté de reclassement. L'avocat général Kerkhofs avait requis une peine de 18 ans de prison, alors que l'avocat de l'accusé plaidait une peine de 5 ans assortie d'un sursis probatoire pour ce qui excède la détention préventive de 23 mois déjà effectuée. Le jour des faits vers 23h, une altercation est survenue entre les deux hommes devant le café Les Dsiettes, situé chaussée de Charleroi, dont l'accusé était le tenancier. Une dette de stupéfiants de Murat envers un ami de la victime, contestée par l'accusé, est la cause de la dispute. Raphaël Warnant aurait tenté de frapper Murat avec un tabouret de bar. Ce dernier aurait alors saisi un couteau de boucher d'une trentaine de centimètres. La victime en a reçu un coup en plein coeur. Interrogé, l'accusé a expliqué avoir eu peur et s'être muni de l'arme pour se protéger. Murat a disparu après les faits, il s'est finalement rendu à la police le 16 septembre. (Belga)