Les faits remontent au 31 mai 2018. Lorsque les services de secours sont arrivés sur les lieux, la fillette était dans un état critique. Elle a été emmenée à l'hôpital, où elle a succombé le jour suivant. L'accusée, âgée de 18 ans au moment des faits, a déclaré qu'elle avait trouvé la fille de son compagnon inanimée dans son bain. Une version que les enquêteurs ont néanmoins rapidement mise en doute. Alors que la jeune femme affirmait avoir laissé la fillette seule pendant quelques minutes à peine, l'autopsie a montré qu'elle était restée privée d'oxygène bien plus longtemps. Selon les enquêteurs, la petite fille avait été maintenue sous l'eau. Placée sous mandat d'arrêt pour assassinat, Megan D'Haen a modifié plusieurs fois sa version des faits mais soutenu fermement qu'elle n'avait pas noyé la fillette. Elle est finalement passée aux aveux devant la cour d'assises. Le ministère public avait requis une peine de 21 ans de prison. Quant à la défense, elle avait plaidé une peine de 10 ans de prison assortie d'une mise à disposition du tribunal d'application des peines pour une durée de 10 ans. La cour et le jury ont finalement condamné l'accusée à une peine de prison de 18 ans, ce qui signifie que Megan D'Haen pourra demander une libération conditionnelle dans quatre ans. (Belga)

Les faits remontent au 31 mai 2018. Lorsque les services de secours sont arrivés sur les lieux, la fillette était dans un état critique. Elle a été emmenée à l'hôpital, où elle a succombé le jour suivant. L'accusée, âgée de 18 ans au moment des faits, a déclaré qu'elle avait trouvé la fille de son compagnon inanimée dans son bain. Une version que les enquêteurs ont néanmoins rapidement mise en doute. Alors que la jeune femme affirmait avoir laissé la fillette seule pendant quelques minutes à peine, l'autopsie a montré qu'elle était restée privée d'oxygène bien plus longtemps. Selon les enquêteurs, la petite fille avait été maintenue sous l'eau. Placée sous mandat d'arrêt pour assassinat, Megan D'Haen a modifié plusieurs fois sa version des faits mais soutenu fermement qu'elle n'avait pas noyé la fillette. Elle est finalement passée aux aveux devant la cour d'assises. Le ministère public avait requis une peine de 21 ans de prison. Quant à la défense, elle avait plaidé une peine de 10 ans de prison assortie d'une mise à disposition du tribunal d'application des peines pour une durée de 10 ans. La cour et le jury ont finalement condamné l'accusée à une peine de prison de 18 ans, ce qui signifie que Megan D'Haen pourra demander une libération conditionnelle dans quatre ans. (Belga)