Dorian Cherpion, Abdelah Mostefa, Frédérick Echazar sont accusés de vol ayant entraîné la mort de Pascal Hennuy, à Jamioulx le 5 novembre 2007.

Aubain B., qui comparaît en qualité de simple témoin, a reconnu avoir participé aux braquages de Jamioulx, de Virelles et de Lodelinsart mais nie toute collaboration à celui de Wayaux.

Interrogé par le président Olivier Delmarche sur l'auteur du tir mortel, Aubain B. a désigné Dorian Cherpion. Lorsque le président a souligné que les accusés le désignaient lui comme étant le tireur, le témoin a répondu que "c'est leur parole contre la mienne. A vous de découvrir la vérité". Il a ajouté que Dorian Cherpion était celui qui avait fouillé l'étage avant de s'emparer des bijoux et qu'il avait tiré sur le boulanger.

Anthony M., l'apprenti de Pascal Hennuy, a reconnu avoir fourni tous les détails de la boulangerie, nécessaires au braquage.

Si le témoin a avoué qu'il était payé correctement, il a, à plusieurs reprises, souligné la haine qu'il nourrissait envers son employeur. "Je voulais me venger d'avoir été humilié. Je voulais qu'ils lui infligent une bonne correction", a confié Anthony M. qui n'a pas pu donner d'exemples de maltraitance verbale qu'il dit pourtant avoir subie.

Anthony M. a cependant admis qu'en dehors du travail, Pascal Hennuy et son épouse pratiquaient avec lui de multiples activités. D'après le témoin, s'il ne s'est pas ouvert à son père de cette haine qu'il portait à Pascal Hennuy, c'est parce qu'il ne voulait pas "gâcher leur amitié".

Le Vif.be, avec Belga

Dorian Cherpion, Abdelah Mostefa, Frédérick Echazar sont accusés de vol ayant entraîné la mort de Pascal Hennuy, à Jamioulx le 5 novembre 2007. Aubain B., qui comparaît en qualité de simple témoin, a reconnu avoir participé aux braquages de Jamioulx, de Virelles et de Lodelinsart mais nie toute collaboration à celui de Wayaux. Interrogé par le président Olivier Delmarche sur l'auteur du tir mortel, Aubain B. a désigné Dorian Cherpion. Lorsque le président a souligné que les accusés le désignaient lui comme étant le tireur, le témoin a répondu que "c'est leur parole contre la mienne. A vous de découvrir la vérité". Il a ajouté que Dorian Cherpion était celui qui avait fouillé l'étage avant de s'emparer des bijoux et qu'il avait tiré sur le boulanger. Anthony M., l'apprenti de Pascal Hennuy, a reconnu avoir fourni tous les détails de la boulangerie, nécessaires au braquage. Si le témoin a avoué qu'il était payé correctement, il a, à plusieurs reprises, souligné la haine qu'il nourrissait envers son employeur. "Je voulais me venger d'avoir été humilié. Je voulais qu'ils lui infligent une bonne correction", a confié Anthony M. qui n'a pas pu donner d'exemples de maltraitance verbale qu'il dit pourtant avoir subie. Anthony M. a cependant admis qu'en dehors du travail, Pascal Hennuy et son épouse pratiquaient avec lui de multiples activités. D'après le témoin, s'il ne s'est pas ouvert à son père de cette haine qu'il portait à Pascal Hennuy, c'est parce qu'il ne voulait pas "gâcher leur amitié". Le Vif.be, avec Belga