Le 8 avril 2020, la juge d'instruction avait entendu séparément tous les membres de la famille Akhbriche. La mère, et ensuite les deux s?urs et le frère de Sami Akhbriche, ont révélé qu'ils avaient entendu une détonation dans leur maison le 27 mai 2015 et découvert que leur fils et frère venait de tirer sur Oussama Ben Alla. Sami Akhbriche a alors à son tour formulé des aveux. Quant au père, il se trouvait au travail au moment des faits, mais il a déclaré que son épouse lui avait raconté, le lendemain matin, tout ce qu'il s'était passé. "Sami Akhbriche m'a expliqué qu'Oussama Ben Alla était venu chez lui ce soir-là pour réclamer son argent. Il lui en a donné une partie mais ça ne lui a pas paru suffisant. Oussama l'a pris à la gorge en lui disant 'tu te fous de ma gueule'. Sami est alors remonté dans sa chambre pour prendre ce qu'il lui restait d'argent, et une arme à feu parce qu'il avait peur. Oussama lui a dit à nouveau qu'il se moquait de lui, l'a empoigné et giflé. C'est alors que Sami a tiré sur Oussama et que celui-ci s'est écroulé", a relaté la juge. "Il a déclaré: 'ma mère a vu ça, elle est devenue folle. Ma s?ur N. a vu ça, elle est devenue folle. Je suis allé demander les clés de la voiture à mon père (qui était sur son lieu de travail à Uccle, NDLR). Je ne lui ai rien dit'. Il a ajouté qu'il avait ensuite fait la majorité des gestes tout seul, soit transporter le corps et le faire disparaître. Il a affirmé tantôt qu'il avait jeté l'arme, tantôt qu'il l'avait revendue. J'ai décidé, après cette audition, de l'inculper de meurtre, de détention illégale d'une arme à feu et de recel de cadavre", a détaillé la magistrate. "À ce moment-là, les six membres de la famille Akhbriche sont quand même assez d'accord sur le déroulement des faits." Mais une dizaine de jours plus tard, tous se sont rétractés, certains invoquant leur droit au silence. Quant à l'accusé, il a déclaré qu'Oussama était bien venu chez lui le 27 mai 2015 au soir pour venir chercher son argent mais qu'ensuite rien ne s'était passé; que ce dernier était rentré chez lui. L'enquête dans ce dossier remonte au 29 mai 2015. La famille d'Oussama Ben Alla avait signalé la disparition de celui-ci à la police. Il n'avait plus donné signe de vie depuis qu'il avait dit qu'il se rendait chez Sami Akhbriche, le 27 mai en soirée. Le corps du disparu a été retrouvé une dizaine de jours plus tard, le 12 juin, par un éclusier, dans le canal de Bruxelles à Leeuw-Saint-Pierre. L'enquête a suivi plusieurs pistes avant de privilégier celle d'un règlement de comptes dans le milieu du trafic de stupéfiants à Ixelles. La police a pu apprendre qu'Oussama Ben Alla et Sami Akhbriche étaient en conflit au sujet d'un trafic que le second dirigeait. L'audition de la juge d'instruction et des enquêteurs se poursuivra encore mercredi. (Belga)

Le 8 avril 2020, la juge d'instruction avait entendu séparément tous les membres de la famille Akhbriche. La mère, et ensuite les deux s?urs et le frère de Sami Akhbriche, ont révélé qu'ils avaient entendu une détonation dans leur maison le 27 mai 2015 et découvert que leur fils et frère venait de tirer sur Oussama Ben Alla. Sami Akhbriche a alors à son tour formulé des aveux. Quant au père, il se trouvait au travail au moment des faits, mais il a déclaré que son épouse lui avait raconté, le lendemain matin, tout ce qu'il s'était passé. "Sami Akhbriche m'a expliqué qu'Oussama Ben Alla était venu chez lui ce soir-là pour réclamer son argent. Il lui en a donné une partie mais ça ne lui a pas paru suffisant. Oussama l'a pris à la gorge en lui disant 'tu te fous de ma gueule'. Sami est alors remonté dans sa chambre pour prendre ce qu'il lui restait d'argent, et une arme à feu parce qu'il avait peur. Oussama lui a dit à nouveau qu'il se moquait de lui, l'a empoigné et giflé. C'est alors que Sami a tiré sur Oussama et que celui-ci s'est écroulé", a relaté la juge. "Il a déclaré: 'ma mère a vu ça, elle est devenue folle. Ma s?ur N. a vu ça, elle est devenue folle. Je suis allé demander les clés de la voiture à mon père (qui était sur son lieu de travail à Uccle, NDLR). Je ne lui ai rien dit'. Il a ajouté qu'il avait ensuite fait la majorité des gestes tout seul, soit transporter le corps et le faire disparaître. Il a affirmé tantôt qu'il avait jeté l'arme, tantôt qu'il l'avait revendue. J'ai décidé, après cette audition, de l'inculper de meurtre, de détention illégale d'une arme à feu et de recel de cadavre", a détaillé la magistrate. "À ce moment-là, les six membres de la famille Akhbriche sont quand même assez d'accord sur le déroulement des faits." Mais une dizaine de jours plus tard, tous se sont rétractés, certains invoquant leur droit au silence. Quant à l'accusé, il a déclaré qu'Oussama était bien venu chez lui le 27 mai 2015 au soir pour venir chercher son argent mais qu'ensuite rien ne s'était passé; que ce dernier était rentré chez lui. L'enquête dans ce dossier remonte au 29 mai 2015. La famille d'Oussama Ben Alla avait signalé la disparition de celui-ci à la police. Il n'avait plus donné signe de vie depuis qu'il avait dit qu'il se rendait chez Sami Akhbriche, le 27 mai en soirée. Le corps du disparu a été retrouvé une dizaine de jours plus tard, le 12 juin, par un éclusier, dans le canal de Bruxelles à Leeuw-Saint-Pierre. L'enquête a suivi plusieurs pistes avant de privilégier celle d'un règlement de comptes dans le milieu du trafic de stupéfiants à Ixelles. La police a pu apprendre qu'Oussama Ben Alla et Sami Akhbriche étaient en conflit au sujet d'un trafic que le second dirigeait. L'audition de la juge d'instruction et des enquêteurs se poursuivra encore mercredi. (Belga)