"Il y a eu cette bagarre, la nuit du 8 au 9 août 2019, avec madame B., à la suite de laquelle elle a mis Ionel Cirlan dehors de l'immeuble, et que celui-ci a été frappé. Ensuite, il a interpellé des policiers pour leur raconter son histoire et savoir comment il pouvait expulser madame B. et les autres résidents du squat pour qu'il puisse, lui, regagner sa chambre", a exposé Me Buzincu. "Puis il y a eu ce premier incendie le 9 août vers 15h00, alors que l'accusé est présent sur les lieux avec la victime, Ionut Popovici. Ils reviennent ensuite le soir à l'immeuble, vers 20h00, avec six autres hommes. Monsieur Cirlan veut nous faire croire que madame B. les a invités à manger du chou farci et qu'elle n'avait pas peur d'eux. Mais bien sûr que si ! Évidemment qu'il y a eu, comme des témoins l'ont dit, des problèmes. Huit hommes ivres débarquent et l'accusé a proféré des menaces en disant : 'je vais vous brûler'", a avancé l'avocat. "Monsieur Cirlan était motivé et acharné. Et il avait un intérêt à mettre le feu", a-t-il soutenu. Le corps de Ionut Popovici, un homme de 35 ans, a été découvert carbonisé dans une pièce d'un immeuble incendié le 9 août 2019 vers 21h30, rue Haute à Bruxelles. Il s'agissait d'un bâtiment abandonné, squatté par des sans-abri. L'accusé, Ionel Cirlan, avait été mis dehors de cet immeuble la veille, par d'autres résidents. Il y était revenu avec son ami Ionut Popovici le lendemain en début d'après-midi, au moment où un premier incendie a lieu. Le feu a alors été très rapidement éteint. Les deux hommes, accompagnés d'autres, y sont encore revenus dans la soirée. L'accusé a quitté les lieux juste avant le second incendie, lequel a cette fois ravagé tout le bâtiment. Il a déclaré qu'au moment de partir, Ionut Popovici le suivait mais qu'il a fait demi-tour pour retourner chercher quelque-chose dans l'immeuble et qu'il ne l'a ensuite plus revu. Ionel Cirlan a contesté être celui qui a bouté le feu à la bâtisse. Le procès se poursuivra jeudi avec le réquisitoire et les plaidoiries de la défense. (Belga)

"Il y a eu cette bagarre, la nuit du 8 au 9 août 2019, avec madame B., à la suite de laquelle elle a mis Ionel Cirlan dehors de l'immeuble, et que celui-ci a été frappé. Ensuite, il a interpellé des policiers pour leur raconter son histoire et savoir comment il pouvait expulser madame B. et les autres résidents du squat pour qu'il puisse, lui, regagner sa chambre", a exposé Me Buzincu. "Puis il y a eu ce premier incendie le 9 août vers 15h00, alors que l'accusé est présent sur les lieux avec la victime, Ionut Popovici. Ils reviennent ensuite le soir à l'immeuble, vers 20h00, avec six autres hommes. Monsieur Cirlan veut nous faire croire que madame B. les a invités à manger du chou farci et qu'elle n'avait pas peur d'eux. Mais bien sûr que si ! Évidemment qu'il y a eu, comme des témoins l'ont dit, des problèmes. Huit hommes ivres débarquent et l'accusé a proféré des menaces en disant : 'je vais vous brûler'", a avancé l'avocat. "Monsieur Cirlan était motivé et acharné. Et il avait un intérêt à mettre le feu", a-t-il soutenu. Le corps de Ionut Popovici, un homme de 35 ans, a été découvert carbonisé dans une pièce d'un immeuble incendié le 9 août 2019 vers 21h30, rue Haute à Bruxelles. Il s'agissait d'un bâtiment abandonné, squatté par des sans-abri. L'accusé, Ionel Cirlan, avait été mis dehors de cet immeuble la veille, par d'autres résidents. Il y était revenu avec son ami Ionut Popovici le lendemain en début d'après-midi, au moment où un premier incendie a lieu. Le feu a alors été très rapidement éteint. Les deux hommes, accompagnés d'autres, y sont encore revenus dans la soirée. L'accusé a quitté les lieux juste avant le second incendie, lequel a cette fois ravagé tout le bâtiment. Il a déclaré qu'au moment de partir, Ionut Popovici le suivait mais qu'il a fait demi-tour pour retourner chercher quelque-chose dans l'immeuble et qu'il ne l'a ensuite plus revu. Ionel Cirlan a contesté être celui qui a bouté le feu à la bâtisse. Le procès se poursuivra jeudi avec le réquisitoire et les plaidoiries de la défense. (Belga)