Durant l'enquête et tout au long des débats, Abdulla Belegu avait affirmé que la victime l'avait menacé avec un tournevis, et qu'il l'avait saisie pour la calmer. Ses avocats avaient dès lors demandé, en vain, la requalification des faits en coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Mercredi matin, avant que la cour ne se retire pour délibérer sur la peine, Me Couquelet a révélé que mardi soir, après l'audience, Abdulla Belegu lui avait avoué que cette histoire de menaces au tournevis n'était pas réelle. Lorsqu'on lui a donné la parole en dernier, l'accusé n'est pas revenu sur ces révélations mais a demandé à la famille de la victime de lui pardonner. La cour est entrée en délibération peu avant 11h30. (Belga)

Durant l'enquête et tout au long des débats, Abdulla Belegu avait affirmé que la victime l'avait menacé avec un tournevis, et qu'il l'avait saisie pour la calmer. Ses avocats avaient dès lors demandé, en vain, la requalification des faits en coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Mercredi matin, avant que la cour ne se retire pour délibérer sur la peine, Me Couquelet a révélé que mardi soir, après l'audience, Abdulla Belegu lui avait avoué que cette histoire de menaces au tournevis n'était pas réelle. Lorsqu'on lui a donné la parole en dernier, l'accusé n'est pas revenu sur ces révélations mais a demandé à la famille de la victime de lui pardonner. La cour est entrée en délibération peu avant 11h30. (Belga)