En 2016, environ 1,3 milliard de dollars ont été investis par la communauté internationale dans les services de planning familial. Or, il n'est pas certain que l'intégralité de ses montants aient atteint les populations qui en avaient le plus besoin. Lors d'une conférence organisée en marge de l'assemblée générale de l'ONU, la Belgique a présenté un projet pilote pour tenter de remédier à cette situation. Ce projet sera dirigé par un consortium réunissant les universités de Namur et Bruxelles, ainsi que l'entreprise belge Blue Square. Grâce aux big data et aux données satellitaires, elles établiront des analyses actualisées et précises de l'accès des filles et des femmes au planning familial au Bénin et au Sénégal. "Cette plateforme renforcera nos services d'informations et sanitaires. Avec de bonnes données, on peut mener de bonnes stratégies. Si cela fonctionne, nous pourrons intégrer d'autres programmes et d'autres indicateurs", a commenté la ministre d'État et ancienne ministre de la Santé sénégalaise Awa Marie Coll Seck lors de cette présentation. Ce projet, dont le financement initial est assuré par la Belgique et l'initiative "She Decides", devrait "déboucher sur une meilleure disponibilité des moyens de contraception et un meilleur accès aux informations sur le planning familial. Voilà comment l'utilisation des nouvelles technologies donne des résultats sur le terrain", a pour sa part déclaré M. De Croo. (Belga)

En 2016, environ 1,3 milliard de dollars ont été investis par la communauté internationale dans les services de planning familial. Or, il n'est pas certain que l'intégralité de ses montants aient atteint les populations qui en avaient le plus besoin. Lors d'une conférence organisée en marge de l'assemblée générale de l'ONU, la Belgique a présenté un projet pilote pour tenter de remédier à cette situation. Ce projet sera dirigé par un consortium réunissant les universités de Namur et Bruxelles, ainsi que l'entreprise belge Blue Square. Grâce aux big data et aux données satellitaires, elles établiront des analyses actualisées et précises de l'accès des filles et des femmes au planning familial au Bénin et au Sénégal. "Cette plateforme renforcera nos services d'informations et sanitaires. Avec de bonnes données, on peut mener de bonnes stratégies. Si cela fonctionne, nous pourrons intégrer d'autres programmes et d'autres indicateurs", a commenté la ministre d'État et ancienne ministre de la Santé sénégalaise Awa Marie Coll Seck lors de cette présentation. Ce projet, dont le financement initial est assuré par la Belgique et l'initiative "She Decides", devrait "déboucher sur une meilleure disponibilité des moyens de contraception et un meilleur accès aux informations sur le planning familial. Voilà comment l'utilisation des nouvelles technologies donne des résultats sur le terrain", a pour sa part déclaré M. De Croo. (Belga)