"Au sujet des incidents présumés qui auraient touché des responsables diplomatiques américains à La Havane", "Cuba n'a jamais perpétré et ne perpétrera jamais de tels actes", a lancé Bruno Rodríguez Padilla devant l'Assemblée générale des Nations unies. Au moins 21 employés de l'ambassade des Etats-Unis sont concernés par ces mystérieuses attaques acoustiques, plusieurs d'entre eux ayant dû être rapatriés pour être soignés. Selon un syndicat de la diplomatie américaine, ces "attaques par harcèlement acoustique" ont provoqué chez certaines victimes de "légères lésions cérébrales", une "perte définitive d'audition", mais aussi "une perte d'équilibre, des migraines aiguës, des troubles cognitifs et des oedèmes cérébraux". Selon la télévision canadienne CBC, au moins cinq diplomates canadiens et leur famille en ont également été victimes. "Les autorités cubaines, sur la base des premiers résultats de l'enquête, n'ont pas trouvé une quelconque preuve à ce stade qui pourrait confirmer les causes ou l'origine des problèmes de santé signalés par les diplomates américains et leurs proches", a assuré le ministre cubain. "Les investigations pour faire la lumière sur ce problème continuent, et il faudra pouvoir compter sur la coopération des autorités américaines pour arriver à une conclusion", a-t-il ajouté, appelant à ne pas "politiser" cette affaire. Les Etats-Unis assurent ne pas savoir qui est derrière ces attaques et mènent leur propre enquête. Washington a néanmoins expulsé en mai, discrètement, deux diplomates cubains, estimant que La Havane est responsable de la sécurité du personnel étranger sur son territoire. Et le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a annoncé dimanche qu'une fermeture de l'ambassade américaine, rouverte en 2015 après un demi-siècle de rupture des relations, était "à l'étude". (Belga)

"Au sujet des incidents présumés qui auraient touché des responsables diplomatiques américains à La Havane", "Cuba n'a jamais perpétré et ne perpétrera jamais de tels actes", a lancé Bruno Rodríguez Padilla devant l'Assemblée générale des Nations unies. Au moins 21 employés de l'ambassade des Etats-Unis sont concernés par ces mystérieuses attaques acoustiques, plusieurs d'entre eux ayant dû être rapatriés pour être soignés. Selon un syndicat de la diplomatie américaine, ces "attaques par harcèlement acoustique" ont provoqué chez certaines victimes de "légères lésions cérébrales", une "perte définitive d'audition", mais aussi "une perte d'équilibre, des migraines aiguës, des troubles cognitifs et des oedèmes cérébraux". Selon la télévision canadienne CBC, au moins cinq diplomates canadiens et leur famille en ont également été victimes. "Les autorités cubaines, sur la base des premiers résultats de l'enquête, n'ont pas trouvé une quelconque preuve à ce stade qui pourrait confirmer les causes ou l'origine des problèmes de santé signalés par les diplomates américains et leurs proches", a assuré le ministre cubain. "Les investigations pour faire la lumière sur ce problème continuent, et il faudra pouvoir compter sur la coopération des autorités américaines pour arriver à une conclusion", a-t-il ajouté, appelant à ne pas "politiser" cette affaire. Les Etats-Unis assurent ne pas savoir qui est derrière ces attaques et mènent leur propre enquête. Washington a néanmoins expulsé en mai, discrètement, deux diplomates cubains, estimant que La Havane est responsable de la sécurité du personnel étranger sur son territoire. Et le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a annoncé dimanche qu'une fermeture de l'ambassade américaine, rouverte en 2015 après un demi-siècle de rupture des relations, était "à l'étude". (Belga)