D'après le chef du gouvernement belge, la remise en cause de cet accord par le président américain Donald Trump peut constituer un momentum politique pour l'Union européenne. "C'est une occasion pour elle de défendre ses valeurs. Que l'Iran soit ouvert à des collaborations à différents niveaux est une bonne chose", a affirmé M. Michel. "Beaucoup de pays européens sont convaincus qu'il faut un dialogue avec l'Iran pour avoir de la stabilité", a-t-il poursuivi, en qualifiant à cet égard l'accord conclu en 2015 sur le nucléaire de "pas dans la bonne direction". Les Européens vont se mobiliser pour que cet accord soit respecté, tout en attendant de Téhéran de la loyauté dans son implémentation, a-t-il précisé. Le Premier ministre a par ailleurs émis son souhait de renforcer les collaborations belges avec l'Iran, et à ce titre proposé à M. Rohani d'effectuer une visite en Belgique. Charles Michel a enfin souligné que l'entretien avait également été l'occasion d'aborder des points de désaccord, notamment sur des questions relatives aux droits de l'Homme. (Belga)

D'après le chef du gouvernement belge, la remise en cause de cet accord par le président américain Donald Trump peut constituer un momentum politique pour l'Union européenne. "C'est une occasion pour elle de défendre ses valeurs. Que l'Iran soit ouvert à des collaborations à différents niveaux est une bonne chose", a affirmé M. Michel. "Beaucoup de pays européens sont convaincus qu'il faut un dialogue avec l'Iran pour avoir de la stabilité", a-t-il poursuivi, en qualifiant à cet égard l'accord conclu en 2015 sur le nucléaire de "pas dans la bonne direction". Les Européens vont se mobiliser pour que cet accord soit respecté, tout en attendant de Téhéran de la loyauté dans son implémentation, a-t-il précisé. Le Premier ministre a par ailleurs émis son souhait de renforcer les collaborations belges avec l'Iran, et à ce titre proposé à M. Rohani d'effectuer une visite en Belgique. Charles Michel a enfin souligné que l'entretien avait également été l'occasion d'aborder des points de désaccord, notamment sur des questions relatives aux droits de l'Homme. (Belga)