"Les gens ne savent pas quels grand guerriers il y a en France", a lancé le président américain, grand amateur des défilés en uniformes et qui compte plusieurs anciens militaires parmi ses conseillers. "Il y avait beaucoup d'avions et beaucoup de puissance militaire. A cause de ce que j'ai vu nous pensons vraiment à organiser un grand défilé à Washington sur Pennsylvania Avenue le 4 juillet", jour de la fête nationale américaine, et "essayer de faire mieux" que celui du 14 juillet en France, a-t-il souri. Il a couvert de compliments son homologue français, qui a noué avec lui des relations chaleureuses depuis son élection en mai. "Il fait un super boulot en France. Il fait ce qui doit être fait", a dit Donald Trump, avec deux fortes poignées de mains échangées avec son interlocuteur. "C'est un grand honneur" d'être avec Emmanuel Macron, "il a eu l'une des plus grandes victoires électorales de tous les temps. Je vous dis, quelle soirée excitante, j'en ai regardé chaque instant". "Nous n'oublierons pas de sitôt notre dîner à la Tour Eiffel", a encore ajouté le président. Jouant sur sa bonne relation avec Donald Trump qu'il a invité deux jours à Paris les 13 et 14 juillet, Emmanuel Macron comptait lundi se faire le porte-voix d'une bonne partie de la communauté internationale pour demander à Donald Trump de continuer à soutenir l'accord conclu en 2015 entre l'Iran et six grandes puissances. Il comptait aussi plaider pour le retour des Etats-Unis dans l'Accord de Paris sur le climat. "Tous les Français étaient fiers de vous avoir à Paris avec votre femme le 14 juillet", a assuré le président français à son homologue américain. (Belga)

"Les gens ne savent pas quels grand guerriers il y a en France", a lancé le président américain, grand amateur des défilés en uniformes et qui compte plusieurs anciens militaires parmi ses conseillers. "Il y avait beaucoup d'avions et beaucoup de puissance militaire. A cause de ce que j'ai vu nous pensons vraiment à organiser un grand défilé à Washington sur Pennsylvania Avenue le 4 juillet", jour de la fête nationale américaine, et "essayer de faire mieux" que celui du 14 juillet en France, a-t-il souri. Il a couvert de compliments son homologue français, qui a noué avec lui des relations chaleureuses depuis son élection en mai. "Il fait un super boulot en France. Il fait ce qui doit être fait", a dit Donald Trump, avec deux fortes poignées de mains échangées avec son interlocuteur. "C'est un grand honneur" d'être avec Emmanuel Macron, "il a eu l'une des plus grandes victoires électorales de tous les temps. Je vous dis, quelle soirée excitante, j'en ai regardé chaque instant". "Nous n'oublierons pas de sitôt notre dîner à la Tour Eiffel", a encore ajouté le président. Jouant sur sa bonne relation avec Donald Trump qu'il a invité deux jours à Paris les 13 et 14 juillet, Emmanuel Macron comptait lundi se faire le porte-voix d'une bonne partie de la communauté internationale pour demander à Donald Trump de continuer à soutenir l'accord conclu en 2015 entre l'Iran et six grandes puissances. Il comptait aussi plaider pour le retour des Etats-Unis dans l'Accord de Paris sur le climat. "Tous les Français étaient fiers de vous avoir à Paris avec votre femme le 14 juillet", a assuré le président français à son homologue américain. (Belga)