La cour d'appel de Gand se penche cette semaine sur l'assassinat de Stijn Saelens, le 31 janvier 2012, dans son château de Wingene, en Flandre occidentale. En première instance, André Gyselbrecht, Pierre Serry, Evert de Clercq et Roy Larmit avaient respectivement écopé de 27, 21, 27 et 15 ans de prison. Le docteur André Gyselbrecht est accusé d'avoir commandité l'assassinat de son beau-fils. Pierre Serry a servi d'intermédiaire lors de la planification des faits. Le corps de la victime avait été retrouvé deux semaines après l'assassinat, à proximité d'un chalet appartenant à M. Serry, à Maria-Aalter. Evert de Clercq a joué un rôle dans le recrutement du tueur - décédé entre-temps - Antonius van Bommel, un constat que l'intéressé dément avec force. Le tueur avait été emmené au château de Wingene le jour même par son neveu Franciscus Larmit. Ce dernier a toujours réfuté savoir ce que son oncle avait l'intention de faire à Wingene. M. Larmit a par contre avoué avoir apporté son aide pour enterrer le corps de la victime. Le parquet continue de penser que le Dr Gyselbrecht "ment et dissimule la vérité". Jeudi, les parties civiles prendront la parole. (Belga)

La cour d'appel de Gand se penche cette semaine sur l'assassinat de Stijn Saelens, le 31 janvier 2012, dans son château de Wingene, en Flandre occidentale. En première instance, André Gyselbrecht, Pierre Serry, Evert de Clercq et Roy Larmit avaient respectivement écopé de 27, 21, 27 et 15 ans de prison. Le docteur André Gyselbrecht est accusé d'avoir commandité l'assassinat de son beau-fils. Pierre Serry a servi d'intermédiaire lors de la planification des faits. Le corps de la victime avait été retrouvé deux semaines après l'assassinat, à proximité d'un chalet appartenant à M. Serry, à Maria-Aalter. Evert de Clercq a joué un rôle dans le recrutement du tueur - décédé entre-temps - Antonius van Bommel, un constat que l'intéressé dément avec force. Le tueur avait été emmené au château de Wingene le jour même par son neveu Franciscus Larmit. Ce dernier a toujours réfuté savoir ce que son oncle avait l'intention de faire à Wingene. M. Larmit a par contre avoué avoir apporté son aide pour enterrer le corps de la victime. Le parquet continue de penser que le Dr Gyselbrecht "ment et dissimule la vérité". Jeudi, les parties civiles prendront la parole. (Belga)