Alors que l'instruction pour crime de guerre se poursuit à Bruxelles chez la juge Mme Dagnely, la liste des personnes toujours en vie visées par la plainte se réduit. Au moins six des dix suspects sont ainsi décédés depuis le dépôt de la plainte le 22 juin 2011.

La chambre des mises en accusation, suivant les réquisitions du parquet fédéral, avait jugé, fin 2012, que l'élimination physique après tortures de Patrice Lumumba, était un crime de guerre, donc imprescriptible. L'action publique éventuelle concernant le lieutenant-colonel Grandelet est désormais définitivement éteinte.

Alors que l'instruction pour crime de guerre se poursuit à Bruxelles chez la juge Mme Dagnely, la liste des personnes toujours en vie visées par la plainte se réduit. Au moins six des dix suspects sont ainsi décédés depuis le dépôt de la plainte le 22 juin 2011. La chambre des mises en accusation, suivant les réquisitions du parquet fédéral, avait jugé, fin 2012, que l'élimination physique après tortures de Patrice Lumumba, était un crime de guerre, donc imprescriptible. L'action publique éventuelle concernant le lieutenant-colonel Grandelet est désormais définitivement éteinte.