M. Darmanin a appelé samedi le gouvernement britannique à "tenir sa promesse" de financement pour lutter contre le trafic migratoire sur les côtes françaises et appelé à la négociation d'un traité sur le sujet entre Londres et l'Union européenne. Il a au passage, lors d'un déplacement à Loon-Plage (Nord de la France), où les migrants tentent chaque jour de traverser la Manche pour rallier l'Angleterre, affirmé que "50% des migrants qui veulent traverser depuis Calais et Dunkerque viennent de Belgique". Au cabinet de M. Mahdi (CD&V), on répondait dimanche que la plupart de ces migrants ont franchi les frontières extérieures de l'UE en entament leur progression depuis la Grèce ou l'Espagne. D'où l'importance d'une approche européenne, a-t-on souligné de même source en plaidant pour un renforcement des contrôles aux frontières de l'UE et d'un screening général des (trans)migrants. M. Darmanin a annoncé samedi avoir demandé au préfet "des effectifs de contrôle tout le long de la frontière belge, le long du département du Nord jusqu'au sud de Valenciennes, pour pouvoir interpeller passeurs et personnes migrantes qui veulent partir de Belgique pour arriver dans le nord de la France, afin de tarir la source". Selon lui, cette stratégie a fait ses preuves, depuis un mois qu'elle est en place. "On a doublé le nombre de passeurs interpellés, 180 rien que pour le mois de septembre et doublé le nombre de migrants, passé de 1.800 à 4.000. On demande à nos amis belges de faire le même travail de leur côté", avait-il déclaré samedi. (Belga)

M. Darmanin a appelé samedi le gouvernement britannique à "tenir sa promesse" de financement pour lutter contre le trafic migratoire sur les côtes françaises et appelé à la négociation d'un traité sur le sujet entre Londres et l'Union européenne. Il a au passage, lors d'un déplacement à Loon-Plage (Nord de la France), où les migrants tentent chaque jour de traverser la Manche pour rallier l'Angleterre, affirmé que "50% des migrants qui veulent traverser depuis Calais et Dunkerque viennent de Belgique". Au cabinet de M. Mahdi (CD&V), on répondait dimanche que la plupart de ces migrants ont franchi les frontières extérieures de l'UE en entament leur progression depuis la Grèce ou l'Espagne. D'où l'importance d'une approche européenne, a-t-on souligné de même source en plaidant pour un renforcement des contrôles aux frontières de l'UE et d'un screening général des (trans)migrants. M. Darmanin a annoncé samedi avoir demandé au préfet "des effectifs de contrôle tout le long de la frontière belge, le long du département du Nord jusqu'au sud de Valenciennes, pour pouvoir interpeller passeurs et personnes migrantes qui veulent partir de Belgique pour arriver dans le nord de la France, afin de tarir la source". Selon lui, cette stratégie a fait ses preuves, depuis un mois qu'elle est en place. "On a doublé le nombre de passeurs interpellés, 180 rien que pour le mois de septembre et doublé le nombre de migrants, passé de 1.800 à 4.000. On demande à nos amis belges de faire le même travail de leur côté", avait-il déclaré samedi. (Belga)