"Aujourd'hui, 22 corps ont été récupérés par le Croissant-Rouge libyen à Zouara", a indiqué Federico Soda, chef de la mission de l'OIM en Libye, sur Twitter où il a partagé une photo montrant plusieurs corps dans des sacs noirs alignés sur la plage. "Ces morts douloureuses sont le résultat d'une politique de plus en plus dure à l'encontre de personnes fuyant les conflits et l'extrême pauvreté, et de l'échec d'une gestion humaine des flux migratoires", a-t-il ajouté. Mercredi, l'OIM et le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) avaient indiqué dans un communiqué commun que 37 rescapés secourus par des pêcheurs avaient expliqué qu'au moins 45 autres personnes étaient mortes lorsque le moteur de leur bateau a explosé au large de Zouara. "Etant donné le lieu du naufrage signalé, il est possible" qu'il s'agisse de ces mêmes personnes, a affirmé dimanche à l'AFP Safa Msehli, porte-parole de l'OIM à Genève. "Les corps récupérés aujourd'hui appartiennent tous à des hommes africains mais nous n'avons pas encore de précisions sur leur nationalité", a-t-elle ajouté. "C'est encore un rappel du péril de ce voyage et des dangers que ces personnes désespérées sont prêtes à affronter pour fuir la violence et l'extrême pauvreté", a souligné Mme Msehli. Les capacités de recherche et de sauvetage insuffisantes suscitent une "grande préoccupation alors que nous continuons à voir des morts et des tragédies évitables", a-t-elle poursuivi. Malgré des violences persistantes depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, la Libye reste un important point de transit pour les migrants fuyant l'instabilité dans d'autres régions d'Afrique et du Moyen-Orient et qui cherchent à rejoindre l'Europe. De nombreux naufrages ont eu lieu au large de la Libye ces dernières années. Les départs de migrants depuis les côtes libyennes ont augmenté de près de 300% entre janvier et avril 2020, comparé à la même période en 2019, selon l'ONU. Plus de 100.000 migrants ont tenté de traverser la Méditerranée l'an dernier et plus de 1.200 ont péri en mer, selon l'OIM. (Belga)

"Aujourd'hui, 22 corps ont été récupérés par le Croissant-Rouge libyen à Zouara", a indiqué Federico Soda, chef de la mission de l'OIM en Libye, sur Twitter où il a partagé une photo montrant plusieurs corps dans des sacs noirs alignés sur la plage. "Ces morts douloureuses sont le résultat d'une politique de plus en plus dure à l'encontre de personnes fuyant les conflits et l'extrême pauvreté, et de l'échec d'une gestion humaine des flux migratoires", a-t-il ajouté. Mercredi, l'OIM et le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) avaient indiqué dans un communiqué commun que 37 rescapés secourus par des pêcheurs avaient expliqué qu'au moins 45 autres personnes étaient mortes lorsque le moteur de leur bateau a explosé au large de Zouara. "Etant donné le lieu du naufrage signalé, il est possible" qu'il s'agisse de ces mêmes personnes, a affirmé dimanche à l'AFP Safa Msehli, porte-parole de l'OIM à Genève. "Les corps récupérés aujourd'hui appartiennent tous à des hommes africains mais nous n'avons pas encore de précisions sur leur nationalité", a-t-elle ajouté. "C'est encore un rappel du péril de ce voyage et des dangers que ces personnes désespérées sont prêtes à affronter pour fuir la violence et l'extrême pauvreté", a souligné Mme Msehli. Les capacités de recherche et de sauvetage insuffisantes suscitent une "grande préoccupation alors que nous continuons à voir des morts et des tragédies évitables", a-t-elle poursuivi. Malgré des violences persistantes depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, la Libye reste un important point de transit pour les migrants fuyant l'instabilité dans d'autres régions d'Afrique et du Moyen-Orient et qui cherchent à rejoindre l'Europe. De nombreux naufrages ont eu lieu au large de la Libye ces dernières années. Les départs de migrants depuis les côtes libyennes ont augmenté de près de 300% entre janvier et avril 2020, comparé à la même période en 2019, selon l'ONU. Plus de 100.000 migrants ont tenté de traverser la Méditerranée l'an dernier et plus de 1.200 ont péri en mer, selon l'OIM. (Belga)