Ces Zimbabwéens qui ont fui la crise politique et économique dans leur pays avaient obtenu un permis de travail d'une durée de quatre ans en 2009. Leurs visas ont été depuis sans cesse renouvelés, mais le gouvernement sud-africain a annoncé qu'il n'y aurait pas de nouvelle prolongation, ouvrant la voie à une potentielle expulsion de masse de ces travailleurs. "Le Cabinet a décidé de ne plus prolonger les dérogations spéciales zimbabwéennes", a déclaré le ministre à la présidence sud-africaine, Mondli Gungubele, au cours d'une conférence de presse. Cependant, les salariés zimbabwéens ont un an pour demander des visas alternatifs qui pourraient s'appliquer à des situations individuelles. "A l'expiration de cette période de 12 mois, ceux qui n'auront pas réussi devront quitter l'Afrique du Sud ou être expulsés", a déclaré M. Gungubele. Les Zimbabwéens présents dans toute l'Afrique du Sud, travaillent notamment dans les secteurs de l'hôtellerie, de la vente au détail et des services. L'Afrique du Sud, l'économie la plus industrialisée du continent, est un pôle d'attraction pour les migrants économiques à la recherche de meilleures perspectives d'emploi dans la région. Mais le gouvernement de Ramaphosa est sous pression pour créer des opportunités d'emploi pour ses citoyens alors que le taux de chômage est à la hausse et dépasse les 34%. Le pays a durci ses réglementations en matière de visas au cours des dernières années. Selon le dernier recensement de la population, l'Afrique du Sud accueille plus de 2,2 millions d'étrangers, dont des réfugiés politiques, des migrants économiques et des travailleurs expatriés qualifiés. (Belga)

Ces Zimbabwéens qui ont fui la crise politique et économique dans leur pays avaient obtenu un permis de travail d'une durée de quatre ans en 2009. Leurs visas ont été depuis sans cesse renouvelés, mais le gouvernement sud-africain a annoncé qu'il n'y aurait pas de nouvelle prolongation, ouvrant la voie à une potentielle expulsion de masse de ces travailleurs. "Le Cabinet a décidé de ne plus prolonger les dérogations spéciales zimbabwéennes", a déclaré le ministre à la présidence sud-africaine, Mondli Gungubele, au cours d'une conférence de presse. Cependant, les salariés zimbabwéens ont un an pour demander des visas alternatifs qui pourraient s'appliquer à des situations individuelles. "A l'expiration de cette période de 12 mois, ceux qui n'auront pas réussi devront quitter l'Afrique du Sud ou être expulsés", a déclaré M. Gungubele. Les Zimbabwéens présents dans toute l'Afrique du Sud, travaillent notamment dans les secteurs de l'hôtellerie, de la vente au détail et des services. L'Afrique du Sud, l'économie la plus industrialisée du continent, est un pôle d'attraction pour les migrants économiques à la recherche de meilleures perspectives d'emploi dans la région. Mais le gouvernement de Ramaphosa est sous pression pour créer des opportunités d'emploi pour ses citoyens alors que le taux de chômage est à la hausse et dépasse les 34%. Le pays a durci ses réglementations en matière de visas au cours des dernières années. Selon le dernier recensement de la population, l'Afrique du Sud accueille plus de 2,2 millions d'étrangers, dont des réfugiés politiques, des migrants économiques et des travailleurs expatriés qualifiés. (Belga)