Seize chefs d'Etat et de gouvernement étaient réunis dimanche au siège de la Commission à Bruxelles pour tenter de déminer le terrain du prochain Conseil européen sur la question migratoire. "J'ai la conviction que si nous continuons dans les heures et les jours qui viennent à travailler à des mesures réellement opérationnelles pour protéger les frontières extérieures de l'UE, ainsi qu'avec beaucoup d'intensité pour rendre effective une capacité de solidarité sur le plan européen en matière de gestion des questions migratoires et de la politique d'asile, mais surtout si nous sommes engagés réellement pour pouvoir conclure des accords précis avec des pays hors de l'UE, il y a des progrès qui sont possibles jeudi", a déclaré M. Michel. Ce dernier a affirmé avoir "l'espoir" que "des pas en avant puissent être enregistrés" lors du Conseil européen. Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez se voulait également positif à l'issue de la réunion, tout en reconnaissant qu'il restait énormément de travail. (Belga)

Seize chefs d'Etat et de gouvernement étaient réunis dimanche au siège de la Commission à Bruxelles pour tenter de déminer le terrain du prochain Conseil européen sur la question migratoire. "J'ai la conviction que si nous continuons dans les heures et les jours qui viennent à travailler à des mesures réellement opérationnelles pour protéger les frontières extérieures de l'UE, ainsi qu'avec beaucoup d'intensité pour rendre effective une capacité de solidarité sur le plan européen en matière de gestion des questions migratoires et de la politique d'asile, mais surtout si nous sommes engagés réellement pour pouvoir conclure des accords précis avec des pays hors de l'UE, il y a des progrès qui sont possibles jeudi", a déclaré M. Michel. Ce dernier a affirmé avoir "l'espoir" que "des pas en avant puissent être enregistrés" lors du Conseil européen. Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez se voulait également positif à l'issue de la réunion, tout en reconnaissant qu'il restait énormément de travail. (Belga)