L'action a eu lieu dans douze villes du pays, dont notamment à Liège, Gand, Namur, Bruxelles, Anvers, Charleroi, Mons, Tournai, Louvain-la-Neuve ou Nivelles. "Aujourd'hui les sans-papiers risquent les arrestations, l'exploitation, l'exclusion sociale. Le gouvernement leur refuse l'accès aux droits fondamentaux. Changeons ça. Deviens signataire de la loi citoyenne pour la Régularisation des Sans-Papiers", peut-on lire sur ces affiches. Ces actions s'inscrivent dans la cadre de la campagne "In My Name" qui vise à récolter 25.000 signatures pour la proposition de loi d'initiative citoyenne pour la régularisation. Celle-ci pourra alors être déposée au parlement fédéral. "Quatre ans après une action similaire #NotInMyName, qui dénonçait déjà la politique la migratoire et qui avait suscité un très fort engouement, nous voulions remettre le couvert et rappeler que rien n'a changé", explique une participante à l'action, citée dans le communiqué du collectif à l'origine de l'opération. "Les décisions politiques sont toujours inhumaines, arbitraires et meurtrières mais nous voulons aussi affirmer qu'il y a moyen de changer les choses. La proposition de loi citoyenne pour la régularisation est une piste concrète." (Belga)

L'action a eu lieu dans douze villes du pays, dont notamment à Liège, Gand, Namur, Bruxelles, Anvers, Charleroi, Mons, Tournai, Louvain-la-Neuve ou Nivelles. "Aujourd'hui les sans-papiers risquent les arrestations, l'exploitation, l'exclusion sociale. Le gouvernement leur refuse l'accès aux droits fondamentaux. Changeons ça. Deviens signataire de la loi citoyenne pour la Régularisation des Sans-Papiers", peut-on lire sur ces affiches. Ces actions s'inscrivent dans la cadre de la campagne "In My Name" qui vise à récolter 25.000 signatures pour la proposition de loi d'initiative citoyenne pour la régularisation. Celle-ci pourra alors être déposée au parlement fédéral. "Quatre ans après une action similaire #NotInMyName, qui dénonçait déjà la politique la migratoire et qui avait suscité un très fort engouement, nous voulions remettre le couvert et rappeler que rien n'a changé", explique une participante à l'action, citée dans le communiqué du collectif à l'origine de l'opération. "Les décisions politiques sont toujours inhumaines, arbitraires et meurtrières mais nous voulons aussi affirmer qu'il y a moyen de changer les choses. La proposition de loi citoyenne pour la régularisation est une piste concrète." (Belga)