Les autorités libyennes ont déclaré qu'elles n'étaient plus un refuge sûr maintenant que de nouveaux bombardements ont lieu dans le pays, y compris dans le port principal de Tripoli. Cette décision intervient alors que l'Italie et Malte ne laissent plus les migrants débarquer sur leur sol en raison de la pandémie de coronavirus. Selon l'OIM, il y a également des femmes et des enfants à bord du navire. L'organisation des Nations unies fournit à l'équipage de la nourriture et de l'eau. Le confinement de Tripoli à cause du coronavirus rend en outre leur assistance encore plus difficile. "La situation est désastreuse. Des centaines de personnes épuisées après un voyage de 72 heures doivent passer la nuit sur un bateau surchargé dans des conditions difficiles", déplore le chef de la mission de l'OIM en Libye, Frederico Soda. "Le statu quo ne peut pas durer. Une approche globale de la situation en Méditerranée est nécessaire." Selon l'OIM, plus de 500 migrants ont déjà essayé de se rendre en Europe depuis la Libye cette semaine, dont 150 ont été secourus par le navire de sauvetage Alan Kurdi, qui cherche également en vain un refuge où s'amarrer. (Belga)

Les autorités libyennes ont déclaré qu'elles n'étaient plus un refuge sûr maintenant que de nouveaux bombardements ont lieu dans le pays, y compris dans le port principal de Tripoli. Cette décision intervient alors que l'Italie et Malte ne laissent plus les migrants débarquer sur leur sol en raison de la pandémie de coronavirus. Selon l'OIM, il y a également des femmes et des enfants à bord du navire. L'organisation des Nations unies fournit à l'équipage de la nourriture et de l'eau. Le confinement de Tripoli à cause du coronavirus rend en outre leur assistance encore plus difficile. "La situation est désastreuse. Des centaines de personnes épuisées après un voyage de 72 heures doivent passer la nuit sur un bateau surchargé dans des conditions difficiles", déplore le chef de la mission de l'OIM en Libye, Frederico Soda. "Le statu quo ne peut pas durer. Une approche globale de la situation en Méditerranée est nécessaire." Selon l'OIM, plus de 500 migrants ont déjà essayé de se rendre en Europe depuis la Libye cette semaine, dont 150 ont été secourus par le navire de sauvetage Alan Kurdi, qui cherche également en vain un refuge où s'amarrer. (Belga)