Les enquêteurs pensent que le suspect appréhendé a pu "collaborer" avec l'auteur de l'attaque, Kujtim Fejzulai, tué par la police au moment des faits, ou avoir été au courant de ses préparatifs, a déclaré à l'AFP une porte-parole des procureurs. L'homme, un Autrichien de 21 ans d'origine égyptienne, a été interpellé vendredi chez ses parents dans la banlieue de Vienne, selon des médias locaux. Une dizaine d'autres suspects arrêtés après l'attentat sont toujours en détention mais n'ont pas encore fait l'objet de chefs d'inculpation, d'après les procureurs. Kujtim Fejzulai avait tenté en juillet de se procurer des munitions en Slovaquie et les services secrets de ce pays voisin de l'Autriche en avaient informé leurs homologues autrichiens, mais sans que cela débouche sur une action concrète. L'assaillant autrichien de 20 ans, dont les parents étaient originaires de Macédoine du Nord, avait été condamné à une peine de prison en avril 2019 pour avoir essayé de rejoindre les rangs des combattants djihadistes en Syrie. Il avait été relâché en décembre 2019, de manière anticipée. (Belga)

Les enquêteurs pensent que le suspect appréhendé a pu "collaborer" avec l'auteur de l'attaque, Kujtim Fejzulai, tué par la police au moment des faits, ou avoir été au courant de ses préparatifs, a déclaré à l'AFP une porte-parole des procureurs. L'homme, un Autrichien de 21 ans d'origine égyptienne, a été interpellé vendredi chez ses parents dans la banlieue de Vienne, selon des médias locaux. Une dizaine d'autres suspects arrêtés après l'attentat sont toujours en détention mais n'ont pas encore fait l'objet de chefs d'inculpation, d'après les procureurs. Kujtim Fejzulai avait tenté en juillet de se procurer des munitions en Slovaquie et les services secrets de ce pays voisin de l'Autriche en avaient informé leurs homologues autrichiens, mais sans que cela débouche sur une action concrète. L'assaillant autrichien de 20 ans, dont les parents étaient originaires de Macédoine du Nord, avait été condamné à une peine de prison en avril 2019 pour avoir essayé de rejoindre les rangs des combattants djihadistes en Syrie. Il avait été relâché en décembre 2019, de manière anticipée. (Belga)