Il s'agit des sanctions parmi les plus importantes jamais adoptées par le Trésor, compte tenu du nombre de personnes désignées, a précisé un haut responsable. L'OFAC, l'agence du Trésor qui met en place ces sanctions gelant les actifs aux Etats-Unis des personnes visées, a ciblé les employés du Centre de recherches et d'études scientifiques de Syrie (SSRC), "l'agence gouvernementale responsable du développement, de la production et de la diffusion des armes non-conventionnelles" en Syrie, indique un communiqué. "Ces 271 employés ont une expertise en chimie (...) et/ou ont travaillé au programme des armes chimiques depuis au moins 2012", ajoute le Trésor. L'administration américaine précise que ces sanctions sont adoptées "en réponse à l'attaque du 4 avril 2017 au gaz sarin à l'encontre de civils innocents dans la ville de Khan Cheikhoun par le dictateur du régime syrien Bachar al-Assad". En adoptant ces nouvelles sanctions, les autorités américaines "envoient le message fort qu'elles tiendront le régime d'Assad dans sa totalité pour responsable des flagrantes violations des droits de l'Homme afin d'empêcher la propagation de ce type d'armes chimiques barbares", ajoute le Trésor. (Belga)

Il s'agit des sanctions parmi les plus importantes jamais adoptées par le Trésor, compte tenu du nombre de personnes désignées, a précisé un haut responsable. L'OFAC, l'agence du Trésor qui met en place ces sanctions gelant les actifs aux Etats-Unis des personnes visées, a ciblé les employés du Centre de recherches et d'études scientifiques de Syrie (SSRC), "l'agence gouvernementale responsable du développement, de la production et de la diffusion des armes non-conventionnelles" en Syrie, indique un communiqué. "Ces 271 employés ont une expertise en chimie (...) et/ou ont travaillé au programme des armes chimiques depuis au moins 2012", ajoute le Trésor. L'administration américaine précise que ces sanctions sont adoptées "en réponse à l'attaque du 4 avril 2017 au gaz sarin à l'encontre de civils innocents dans la ville de Khan Cheikhoun par le dictateur du régime syrien Bachar al-Assad". En adoptant ces nouvelles sanctions, les autorités américaines "envoient le message fort qu'elles tiendront le régime d'Assad dans sa totalité pour responsable des flagrantes violations des droits de l'Homme afin d'empêcher la propagation de ce type d'armes chimiques barbares", ajoute le Trésor. (Belga)