La réunion de négociation organisée lundi sur le volet social a tourné cours. Les syndicats se sont vus présenter par la direction le fonctionnement des outils maintenus à Liège. Il s'agissait de "la détermination des lignes concernées, des organigrammes, du volume d'emplois, du fonctionnement mais aussi des externalisations", expliquent les syndicats. Une situation que la direction souhaitait exposer dès ce mardi au personnel.

"La direction foule ainsi aux pieds l'engagement de confidentialité sur les discussions qu'elle avait pourtant accepté de tenir jusqu'à la prochaine réunion tripartite, avec le gouvernement, le 23 septembre prochain", souligne le front commun dans un communiqué.

Les syndicats contestent aussi cette méthode qui ressemble à un passage en force puisque ces mesures n'ont pas été concertées. "Nous exigeons, au préalable, d'avoir un débat sur les solutions à mettre en oeuvre pour diminuer l'impact social. Toute la procédure actuellement en cours apparaît tout à fait vide de sens, spécialement dans la mesure où elle ferme la porte à toute perspective d'évolution des conditions sociales de la restructuration", avancent les syndicats.

Ceux-ci se présenteront mercredi à Namur pour discuter du volet industriel. La prochaine réunion de négociation sur le volet social est programmée jeudi. Les syndicats ne rompent pas le dialogue social mais souhaitent que la direction revoie sa méthodologie de travail.