Le journal néerlandais avait déjà pris des mesures de sécurité supplémentaires après l'attentat contre l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo en 2015, qui avait coûté la vie à 12 personnes. Le rédacteur en chef a par ailleurs déclaré que la rédaction ne se laisserait pas intimider par cet acte. "Nous ne savons pas d'où cela vient. Il est clair que nous n'avons pas que des amis. Il nous faudra attendre l'enquête, mais nous poursuivrons note travail. Nous ne nous laisserons pas intimider. (...) Tout le monde est sous le choc mais aussi plus motivé que jamais." L'an dernier, le club de motards No Surrender avait proféré des menaces envers le journaliste John van den Heuvel, qui écrit aussi pour De Telegraaf. Paul Jansen indique cependant ne pas vouloir spéculer au sujet d'un éventuel lien entre les deux incidents. Le rédacteur en chef souligne que les conséquences auraient pu être pires. "Il n'y a pas beaucoup de monde à cette heure-là. C'est sans doute une chance dans la malchance, mais ça ne rend pas les faits moins graves." La police recherche toujours l'auteur de cette attaque délibérée, qui aurait fui dans une Audi de couleur foncée. De Telegraaf a également publié en ligne des vidéos. (Belga)

Le journal néerlandais avait déjà pris des mesures de sécurité supplémentaires après l'attentat contre l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo en 2015, qui avait coûté la vie à 12 personnes. Le rédacteur en chef a par ailleurs déclaré que la rédaction ne se laisserait pas intimider par cet acte. "Nous ne savons pas d'où cela vient. Il est clair que nous n'avons pas que des amis. Il nous faudra attendre l'enquête, mais nous poursuivrons note travail. Nous ne nous laisserons pas intimider. (...) Tout le monde est sous le choc mais aussi plus motivé que jamais." L'an dernier, le club de motards No Surrender avait proféré des menaces envers le journaliste John van den Heuvel, qui écrit aussi pour De Telegraaf. Paul Jansen indique cependant ne pas vouloir spéculer au sujet d'un éventuel lien entre les deux incidents. Le rédacteur en chef souligne que les conséquences auraient pu être pires. "Il n'y a pas beaucoup de monde à cette heure-là. C'est sans doute une chance dans la malchance, mais ça ne rend pas les faits moins graves." La police recherche toujours l'auteur de cette attaque délibérée, qui aurait fui dans une Audi de couleur foncée. De Telegraaf a également publié en ligne des vidéos. (Belga)