A notre époque, ne devrions-nous pas au moins nous entendre sur les valeurs humaines que sont la solidarité, l'entraide ou encore le savoir-vivre ensemble? En tout cas, je suis convaincu que celles-ci méritent que nous y consacrions du temps car elles transcendent les clivages qui ne reposent pas sur l'enfermement sur soi et entre soi. Ne pensez-vous pas que nous arriverions à bâtir une société qualitativement meilleure en apportant de la considération aux êtres qui nous entourent?

Nous pouvons par exemple faire le constat qu'il n'a pas fallu attendre bien longtemps après la conclusion de l'accord gouvernemental bruxellois pour que les critiques fusent de toutes parts. C'est tellement facile de décrier quelque chose mais est-ce tellement difficile de saluer les efforts des "autres" et de considérer que l'autre ou une autre initiative que la sienne est aussi capable de faire quelque chose de BIEN? Personnellement, dans le cas d'espèce, je tiens à le dire ce "merci". Merci aux acteurs bruxellois d'avoir été capables de trouver des compromis en misant sur ce qui rassemble plutôt que de rester dans un bac à sable qui pourrait bientôt ressembler à une litière géante.

Enfin, je me pose au moins une dernière question... Pourquoi nous battons-nous entre nous au lieu de nous battre pour un grand NOUS qui engloberait également les générations à venir et notre environnement de vie?

L'objectif de cette carte blanche n'est pas de porter un jugement mais d'amener un questionnement et de ramener l'esprit critique au centre des discussions. On constate aujourd'hui énormément de lacunes dans le fonctionnement de notre société mais nous ne devons pas perdre de vue qu'à l'échelle mondiale, nous avons une société! Une société de droits qui peut notamment être améliorée par plus de projets collectifs pensés comme des investissements qui nous dépassent et dépasseront durablement nos enfants. Dès le plus jeune âge, apprenons à collaborer de manière plus active!

Olivier Carlens, citoyen, 30 ans, indépendant.