Près de 1.000 invités issus du monde politique, judiciaire ou encore académique ont assisté lundi après-midi à la cérémonie du Dies Natalis (naissance) de l'Université de Liège, soit 200 ans jour pour jour après l'installation de l'Academia Leodiensis le 25 septembre 1817 par le souverain Guillaume Ier d'Orange. C'est à bord de sept bus à impériale que le corps académique est arrivé boulevard Piercot à Liège, face à l'OPRL (Orchestre Philharmonique Royal de Liège) où devait se tenir la cérémonie. Le recteur souhaitait en effet qu'elle ait lieu au centre-ville, comme un retour aux origines, mais la salle académique de la place du XX Août ne pouvait accueillir autant de monde. La cérémonie s'est déroulée avec la participation de l'Orchestre qui, pour l'occasion, était au complet. Sous la direction de Christian Arming, l'Orchestre a interprété l'Academische Festouverture de Johannes Brahms, ?uvre basée sur des chansons étudiantes, puis les Cinq Préludes pour orchestre composés pour le bicentenaire par Pierre Bartholomée, musicien et compositeur qui a assuré la direction artistique de l'Orchestre Philharmonique de Liège durant une vingtaine d'années. Ce bicentenaire marque deux changements pour l'institution liégeoise au niveau de son identité visuelle. D'une part, l'acronyme ULg, qui faisait l'objet de confusions, est remplacé par ULiège tandis que le site Internet a été remodelé et est accessible au départ d'une nouvelle url en lien avec le nouvel acronyme (www.uliege.be). Dans son discours, le recteur a épinglé la concurrence entre les institutions d'enseignement supérieur qui, selon lui, "n'a eu qu'un effet négatif sur la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche". Et d'ajouter: "Nos universités, hautes écoles, écoles supérieures des arts et institutions de promotion sociale se doivent d'offrir un enseignement supérieur de qualité au plus grand nombre tout en l'adaptant aux besoins sociétaux. Cela ne pourra se faire qu'en collaborant, qu'en partageant nos programmes et nos connaissances." (Belga)

Près de 1.000 invités issus du monde politique, judiciaire ou encore académique ont assisté lundi après-midi à la cérémonie du Dies Natalis (naissance) de l'Université de Liège, soit 200 ans jour pour jour après l'installation de l'Academia Leodiensis le 25 septembre 1817 par le souverain Guillaume Ier d'Orange. C'est à bord de sept bus à impériale que le corps académique est arrivé boulevard Piercot à Liège, face à l'OPRL (Orchestre Philharmonique Royal de Liège) où devait se tenir la cérémonie. Le recteur souhaitait en effet qu'elle ait lieu au centre-ville, comme un retour aux origines, mais la salle académique de la place du XX Août ne pouvait accueillir autant de monde. La cérémonie s'est déroulée avec la participation de l'Orchestre qui, pour l'occasion, était au complet. Sous la direction de Christian Arming, l'Orchestre a interprété l'Academische Festouverture de Johannes Brahms, ?uvre basée sur des chansons étudiantes, puis les Cinq Préludes pour orchestre composés pour le bicentenaire par Pierre Bartholomée, musicien et compositeur qui a assuré la direction artistique de l'Orchestre Philharmonique de Liège durant une vingtaine d'années. Ce bicentenaire marque deux changements pour l'institution liégeoise au niveau de son identité visuelle. D'une part, l'acronyme ULg, qui faisait l'objet de confusions, est remplacé par ULiège tandis que le site Internet a été remodelé et est accessible au départ d'une nouvelle url en lien avec le nouvel acronyme (www.uliege.be). Dans son discours, le recteur a épinglé la concurrence entre les institutions d'enseignement supérieur qui, selon lui, "n'a eu qu'un effet négatif sur la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche". Et d'ajouter: "Nos universités, hautes écoles, écoles supérieures des arts et institutions de promotion sociale se doivent d'offrir un enseignement supérieur de qualité au plus grand nombre tout en l'adaptant aux besoins sociétaux. Cela ne pourra se faire qu'en collaborant, qu'en partageant nos programmes et nos connaissances." (Belga)