"La Manul appelle toutes les parties armées se trouvant dans la région de Wadi Rabi, al-Kayekh, Gasr Ben Ghachir et Al-Aziziya (au sud de Tripoli) à respecter une trêve humanitaire de 16H00 à 18H00 (de 14H00 à 16H00 GMT) pour sécuriser l'évacuation des blessés et des civils par les équipes de secours et du Croissant-Rouge libyen", a-t-elle indiqué dans un bref communiqué. L'armée du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est libyen, a affirmé dimanche avoir mené un premier raid aérien en banlieue même de Tripoli, ses rivaux du gouvernement d'union (GNA) annonçant pour leur part une "contre-offensive" généralisée dans "toutes les villes" du pays. Ces proclamations, faites à la mi-journée, interviennent alors que de violents combats ont été rapportés en matinée à une cinquantaine de km au sud de la capitale Tripoli, laissant entrevoir une poursuite de l'escalade, à rebours des appels de l'ONU et de la communauté internationale à un apaisement. (Belga)

"La Manul appelle toutes les parties armées se trouvant dans la région de Wadi Rabi, al-Kayekh, Gasr Ben Ghachir et Al-Aziziya (au sud de Tripoli) à respecter une trêve humanitaire de 16H00 à 18H00 (de 14H00 à 16H00 GMT) pour sécuriser l'évacuation des blessés et des civils par les équipes de secours et du Croissant-Rouge libyen", a-t-elle indiqué dans un bref communiqué. L'armée du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est libyen, a affirmé dimanche avoir mené un premier raid aérien en banlieue même de Tripoli, ses rivaux du gouvernement d'union (GNA) annonçant pour leur part une "contre-offensive" généralisée dans "toutes les villes" du pays. Ces proclamations, faites à la mi-journée, interviennent alors que de violents combats ont été rapportés en matinée à une cinquantaine de km au sud de la capitale Tripoli, laissant entrevoir une poursuite de l'escalade, à rebours des appels de l'ONU et de la communauté internationale à un apaisement. (Belga)