"Les faits ont été révélés alors que l'organisation achetait de grandes quantités d'acétone par le biais de fausses sociétés", a expliqué le parquet général. "Dans les laboratoires, la cocaïne de base était mélangée à de l'acétone et à d'autres substances chimiques, puis séchée et compressée en blocs de cocaïne pure pour ensuite être mise sur le marché. Le processus de production était minutieusement documenté", a-t-il expliqué. "Des habitations de location ont ainsi été aménagées comme laboratoires de production de cocaïne ou comme entrepôt pour la cocaïne. La bande n'hésitait pas à utiliser la violence ou à proférer des menaces. Les condamnés vivaient principalement des revenus du trafic de stupéfiants", a ajouté le ministère public. En plus des peines de prison, la cour d'appel a prononcé la confiscation d'une somme de près de 700.000 euros, ainsi que plusieurs véhicules, cinq armes de poing et une quantité d'environ 800 kilos de cocaïne, a informé le parquet général. "La production et le trafic de cocaïne représentent une menace grave pour la santé publique et la sécurité de la société. Ces activités sont en outre très déstabilisantes pour l'économie légale. Pour ces raisons, le ministère public est très sévère et ferme dans ses réquisitions tendant à la répression de pareils faits", a encore commenté le parquet. (Belga)

"Les faits ont été révélés alors que l'organisation achetait de grandes quantités d'acétone par le biais de fausses sociétés", a expliqué le parquet général. "Dans les laboratoires, la cocaïne de base était mélangée à de l'acétone et à d'autres substances chimiques, puis séchée et compressée en blocs de cocaïne pure pour ensuite être mise sur le marché. Le processus de production était minutieusement documenté", a-t-il expliqué. "Des habitations de location ont ainsi été aménagées comme laboratoires de production de cocaïne ou comme entrepôt pour la cocaïne. La bande n'hésitait pas à utiliser la violence ou à proférer des menaces. Les condamnés vivaient principalement des revenus du trafic de stupéfiants", a ajouté le ministère public. En plus des peines de prison, la cour d'appel a prononcé la confiscation d'une somme de près de 700.000 euros, ainsi que plusieurs véhicules, cinq armes de poing et une quantité d'environ 800 kilos de cocaïne, a informé le parquet général. "La production et le trafic de cocaïne représentent une menace grave pour la santé publique et la sécurité de la société. Ces activités sont en outre très déstabilisantes pour l'économie légale. Pour ces raisons, le ministère public est très sévère et ferme dans ses réquisitions tendant à la répression de pareils faits", a encore commenté le parquet. (Belga)