La cour a réformé le premier jugement, prononcé en juin 2016, qui condamnait le prévenu à 5 ans d'emprisonnement. Les juges d'appel ont suivi la thèse de la défense, Me Samuel Rosenblatt, et ont acquitté le prévenu. Ce dernier sera donc prochainement libéré après 7 mois de détention préventive. Le 27 août 2011, une petite fille âgée de 4 ans avait décrit à une gardienne, dans le cadre d'une activité de plaine de jeux, des actes sexuels que son père avait commis sur elle, en utilisant des mots d'enfants. La gardienne avait alors immédiatement averti les services d'aide à la jeunesse et la petite fille avait été écartée du milieu familial. Celle-ci est la dernière d'une fratrie de cinq enfants. Ils avaient déjà fait l'objet d'un placement par un juge de la jeunesse par le passé, à la suite de violence entre leurs parents au domicile familial. Le prévenu avait toujours contesté avoir abusé sexuellement de sa propre fille. (Belga)

La cour a réformé le premier jugement, prononcé en juin 2016, qui condamnait le prévenu à 5 ans d'emprisonnement. Les juges d'appel ont suivi la thèse de la défense, Me Samuel Rosenblatt, et ont acquitté le prévenu. Ce dernier sera donc prochainement libéré après 7 mois de détention préventive. Le 27 août 2011, une petite fille âgée de 4 ans avait décrit à une gardienne, dans le cadre d'une activité de plaine de jeux, des actes sexuels que son père avait commis sur elle, en utilisant des mots d'enfants. La gardienne avait alors immédiatement averti les services d'aide à la jeunesse et la petite fille avait été écartée du milieu familial. Celle-ci est la dernière d'une fratrie de cinq enfants. Ils avaient déjà fait l'objet d'un placement par un juge de la jeunesse par le passé, à la suite de violence entre leurs parents au domicile familial. Le prévenu avait toujours contesté avoir abusé sexuellement de sa propre fille. (Belga)