Les passagers du train de 16h51, qui reliait Namur à Bruxelles, ont été surpris, jeudi, lorsqu'ils ont entendu, entre Namur et Gembloux, une voix leur annoncer via l'interphone du train: "Bienvenue dans ce train à destination d'Auschwitz. Tous les Juifs sont priés de descendre à Buchenwald".

Deux accompagnateurs se trouvaient à bord du train, qui était composé de trois automotrices, explique vendredi le porte-parole de la SNCB, Thierry Ney. L'un se trouvait dans la première, l'autre dans la deuxième. L'interphone utilisé pour l'annonce était situé dans la troisième automotrice. "Passer d'une automotrice à l'autre n'étant pas possible en cours de trajet, les accompagnateurs n'ont pu se rendre dans la troisième que lorsque le train s'est arrêté à Gembloux. Mais l'auteur de l'annonce avait déjà disparu", rapporte M. Ney.

Le porte-parole confirme qu'une clé est nécessaire pour accéder à l'endroit où est situé l'interphone. Or, "aucune trace d'infraction n'a été constatée", précise-t-il.

Le Vif.be, avec Belga

Les passagers du train de 16h51, qui reliait Namur à Bruxelles, ont été surpris, jeudi, lorsqu'ils ont entendu, entre Namur et Gembloux, une voix leur annoncer via l'interphone du train: "Bienvenue dans ce train à destination d'Auschwitz. Tous les Juifs sont priés de descendre à Buchenwald". Deux accompagnateurs se trouvaient à bord du train, qui était composé de trois automotrices, explique vendredi le porte-parole de la SNCB, Thierry Ney. L'un se trouvait dans la première, l'autre dans la deuxième. L'interphone utilisé pour l'annonce était situé dans la troisième automotrice. "Passer d'une automotrice à l'autre n'étant pas possible en cours de trajet, les accompagnateurs n'ont pu se rendre dans la troisième que lorsque le train s'est arrêté à Gembloux. Mais l'auteur de l'annonce avait déjà disparu", rapporte M. Ney. Le porte-parole confirme qu'une clé est nécessaire pour accéder à l'endroit où est situé l'interphone. Or, "aucune trace d'infraction n'a été constatée", précise-t-il. Le Vif.be, avec Belga