VanDrie est, après les abattoirs de Tielt et d'Izegem, le troisième à être mis en cause par Animal Rights. "Animal Rights demande que l'abattoir et les contrevenants individuels comparaissent en justice", explique la coordinatrice de campagne Els Van Campenhout. "Ces images ne constituent pas une exception. C'est la triste réalité des animaux souffrant à l'abri des regards". D'après Animal Rights, un juge d'instruction a été désigné. L'organisation s'attend à des perquisitions à l'abattoir et à ce que les suspects soient identifiés et entendus. L'association estime que les suspects -notamment les employés concernés, leurs responsables directs et indirects- sont pénalement responsables et pourraient être renvoyés en correctionnelle. L'avocat d'Animal Rights, Me Omar Souidi, exigera à l'audience la fermeture définitive de l'abattoir. Sur les images filmées par Animal Rights, on peut notamment voir des veaux frappés et menés au conducteur électrique après avoir été aspergés d'eau afin d'en augmenter l'effet. (Belga)