"Il m'arrive de me réveiller la nuit et de réfléchir à ce qu'il se passe (...) c'est une période difficile pour moi aussi car nous devons bien réfléchir, je retourne les choses dans tous les sens dans ma tête avant de prendre des décisions et cela me préoccupe c'est vrai", a jugé la chancelière allemande lors d'une interview à la chaîne RTL-Allemagne. "Par les temps qui courent j'ai du mal à déconnecter", a ajouté Mme Merkel. Connue d'ordinaire pour s'épancher peu sur ses sentiments et sa vie privée, elle a estimé qu'il fallait accepter la fermeture des salons de coiffure décidée depuis novembre et assumer d'avoir quelques cheveux gris. Elle a cependant précisé avoir la chance de bénéficier à titre personnel "d'une assistante avec laquelle tous les gestes barrières sont respectés" mais "qu'en effet, on doit vivre avec des cheveux grisonnants". "Je me réjouirai également quand les coiffeurs pourront rouvrir", a-t-elle ajouté sans pour autant donner de date précise sur une telle réouverture des commerces jugés non-essentiels. Elle doit justement se réunir mercredi avec les présidents de régions afin de décider d'un éventuel assouplissement des mesures actuellement en place. Jamais totalement confinés, les Allemands sont néanmoins invités à éviter le plus possible les contacts, avec généralisation du télétravail dans la mesure du possible. Les écoles, jardins d'enfants, commerces non alimentaires, restaurants, bars, lieux culturels et sportifs sont fermés. (Belga)

"Il m'arrive de me réveiller la nuit et de réfléchir à ce qu'il se passe (...) c'est une période difficile pour moi aussi car nous devons bien réfléchir, je retourne les choses dans tous les sens dans ma tête avant de prendre des décisions et cela me préoccupe c'est vrai", a jugé la chancelière allemande lors d'une interview à la chaîne RTL-Allemagne. "Par les temps qui courent j'ai du mal à déconnecter", a ajouté Mme Merkel. Connue d'ordinaire pour s'épancher peu sur ses sentiments et sa vie privée, elle a estimé qu'il fallait accepter la fermeture des salons de coiffure décidée depuis novembre et assumer d'avoir quelques cheveux gris. Elle a cependant précisé avoir la chance de bénéficier à titre personnel "d'une assistante avec laquelle tous les gestes barrières sont respectés" mais "qu'en effet, on doit vivre avec des cheveux grisonnants". "Je me réjouirai également quand les coiffeurs pourront rouvrir", a-t-elle ajouté sans pour autant donner de date précise sur une telle réouverture des commerces jugés non-essentiels. Elle doit justement se réunir mercredi avec les présidents de régions afin de décider d'un éventuel assouplissement des mesures actuellement en place. Jamais totalement confinés, les Allemands sont néanmoins invités à éviter le plus possible les contacts, avec généralisation du télétravail dans la mesure du possible. Les écoles, jardins d'enfants, commerces non alimentaires, restaurants, bars, lieux culturels et sportifs sont fermés. (Belga)