"Le tribunal d'Amsterdam avait statué que le maire avait le droit de restreindre les heures d'ouverture des coffee shops", une "décision qui doit être confirmée", a jugé le Conseil d'Etat. La plus haute juridiction administrative conforte ainsi la mairie de la capitale dans son souhait de "réduire la visibilité de ces établissements pour les élèves". Les cafés qui vendent du cannabis établis dans un rayon de 250 mètres autour des écoles n'ont plus le droit d'ouvrir leurs portes dès 07h30 comme auparavant, mais doivent attendre 18h00, soit bien après la sortie des écoles, et fermer à 01h00. La limitation des heures d'ouverture est un premier pas dans la politique de la municipalité d'Amsterdam, qui souhaite à terme la fermeture totale des "coffee shops" installés à proximité des cours de récréation, afin de bannir la vente de cannabis sous les yeux de la jeunesse amstellodamoise. Un certain nombre de propriétaires de ces cafés spécialisés prisés par les touristes avaient contesté cette disposition devant les tribunaux. Mais en confirmant la décision du juge rendue en première instance, le Conseil d'Etat laisse libre cours à la mairie d'Amsterdam dans sa croisade contre les "coffee shops" à proximité des établissements scolaires. (Belga)

"Le tribunal d'Amsterdam avait statué que le maire avait le droit de restreindre les heures d'ouverture des coffee shops", une "décision qui doit être confirmée", a jugé le Conseil d'Etat. La plus haute juridiction administrative conforte ainsi la mairie de la capitale dans son souhait de "réduire la visibilité de ces établissements pour les élèves". Les cafés qui vendent du cannabis établis dans un rayon de 250 mètres autour des écoles n'ont plus le droit d'ouvrir leurs portes dès 07h30 comme auparavant, mais doivent attendre 18h00, soit bien après la sortie des écoles, et fermer à 01h00. La limitation des heures d'ouverture est un premier pas dans la politique de la municipalité d'Amsterdam, qui souhaite à terme la fermeture totale des "coffee shops" installés à proximité des cours de récréation, afin de bannir la vente de cannabis sous les yeux de la jeunesse amstellodamoise. Un certain nombre de propriétaires de ces cafés spécialisés prisés par les touristes avaient contesté cette disposition devant les tribunaux. Mais en confirmant la décision du juge rendue en première instance, le Conseil d'Etat laisse libre cours à la mairie d'Amsterdam dans sa croisade contre les "coffee shops" à proximité des établissements scolaires. (Belga)