"L'élevage de bétail illégal est la cause principale de la déforestation en Amazonie. Il pose une menace bien réelle, non seulement pour les droits fondamentaux des peuples indigènes et traditionnels qui y vivent, mais aussi pour l'écosystème de toute la planète", déclare Richard Pearshouse, principal conseiller d'Amnesty International pour les situations de crise en matière d'environnement. "Tandis que le gouvernement de Jair Bolsonaro sabre les protections environnementales au niveau fédéral, certaines autorités au niveau des États laissent se développer l'élevage illégal de bétail qui détruit des zones protégées de forêt tropicale." Environ deux-tiers des zones de la forêt amazonienne déboisées entre 1988 et 2014 - soit près de 500.000 km² - sont clôturées, brûlées et converties en pâturages. Le rapport d'Amnesty International relate que certaines autorités au niveau des États permettent l'élevage de bétail dans les zones protégées. Les éleveurs répètent une pratique qui consiste à convertir la forêt tropicale en pâturages dans l'Amazonie brésilienne. Des parcelles de forêt sont identifiées, les arbres y sont abattus et des feux allumés, souvent à plusieurs reprises dans la même zone, afin d'y faire pousser de l'herbe pour y introduire le bétail. (Belga)

"L'élevage de bétail illégal est la cause principale de la déforestation en Amazonie. Il pose une menace bien réelle, non seulement pour les droits fondamentaux des peuples indigènes et traditionnels qui y vivent, mais aussi pour l'écosystème de toute la planète", déclare Richard Pearshouse, principal conseiller d'Amnesty International pour les situations de crise en matière d'environnement. "Tandis que le gouvernement de Jair Bolsonaro sabre les protections environnementales au niveau fédéral, certaines autorités au niveau des États laissent se développer l'élevage illégal de bétail qui détruit des zones protégées de forêt tropicale." Environ deux-tiers des zones de la forêt amazonienne déboisées entre 1988 et 2014 - soit près de 500.000 km² - sont clôturées, brûlées et converties en pâturages. Le rapport d'Amnesty International relate que certaines autorités au niveau des États permettent l'élevage de bétail dans les zones protégées. Les éleveurs répètent une pratique qui consiste à convertir la forêt tropicale en pâturages dans l'Amazonie brésilienne. Des parcelles de forêt sont identifiées, les arbres y sont abattus et des feux allumés, souvent à plusieurs reprises dans la même zone, afin d'y faire pousser de l'herbe pour y introduire le bétail. (Belga)