Selon l'ONG de défense des droits de l'homme, un incident impliquant un groupe de personnes qui vandalisaient une banque aurait pu être facilement résolu mais la police a préféré faire usage de gaz lacrymogène, mettant ainsi fin de manière abrupte à la manifestation. Un représentant du Parti démocratique aurait, quant à lui, été aspergé de spray au poivre alors qu'il appelait la police au calme. Une réaction qualifiée de "disproportionnée" par Amnesty qui estime que la police a voulu "prendre sa revanche", une attitude loin de contribuer à une baisse des tensions. (Belga)

Selon l'ONG de défense des droits de l'homme, un incident impliquant un groupe de personnes qui vandalisaient une banque aurait pu être facilement résolu mais la police a préféré faire usage de gaz lacrymogène, mettant ainsi fin de manière abrupte à la manifestation. Un représentant du Parti démocratique aurait, quant à lui, été aspergé de spray au poivre alors qu'il appelait la police au calme. Une réaction qualifiée de "disproportionnée" par Amnesty qui estime que la police a voulu "prendre sa revanche", une attitude loin de contribuer à une baisse des tensions. (Belga)