L'actrice de 34 ans est citée comme témoin par la défense du Sun, que Johnny Depp poursuit pour l'avoir qualifié en avril 2018 de mari violent. La société éditrice du journal, NGN, invoque pour sa défense 14 incidents dans lesquels le héros de "Pirates des Caraïbes" se serait montré violent envers son épouse. Johnny Depp rejette fermement ces accusations, affirmant n'avoir jamais levé la main sur une femme et accusant en retour de violences son ex-épouse, qu'il dépeint comme une calculatrice narcissique et sociopathe, soucieuse de détruire sa vie. Sous les questions de l'avocate de son ancien mari, Eleanor Lawes, Mme Heard a reconnu mardi avoir frappé l'acteur de 57 ans lors d'un incident en 2015, afin de l'empêcher de pousser sa soeur, Whitney Henriquez, dans les escaliers. "J'ai frappé Johnny ce jour-là pour défendre ma soeur", a avoué l'actrice de "The Danish Girl" et "Aquaman" devant la Haute Cour de Londres, pour son deuxième jour à la barre des témoins. "Il allait la pousser dans les escaliers et, au moment où c'est arrivé, je me suis rappelée avoir entendu qu'il avait poussé une ancienne petite amie - Kate Moss, je crois - dans les escaliers", a-t-elle ajouté. Affirmant tenir cette "rumeur" de "deux personnes", elle a expliqué avoir "agi en un éclair pour la défendre", précisant n'avoir jamais auparavant répliqué aux "années" de violences de son ex-mari. "Je n'ai jamais porté de coup et je n'oublierai jamais cet incident... C'était la première fois après toutes ces années" que je le frappais, a-t-elle déclaré. Mme Laws a aussi reproché à l'ex-femme de son client d'avoir entretenu plusieurs liaisons pendant les deux ans de leur mariage orageux, avec l'acteur James Franco mais aussi avec le fondateur de Tesla et SpaceX Elon Musk, ce qu'elle a toujours farouchement nié. Elle a en particulier accusé Amber Heard d'avoir régulièrement reçu en mars 2015 des visites nocturnes du fantasque patron de Tesla. "Je n'étais même pas en contact avec Elon avant 2016", s'est défendue celle-ci. Mme Laws a lu à la Cour un SMS envoyé par Elon Musk en 2016, au lendemain d'une agression présumée au cours de laquelle Johnny Depp a, selon les dires d'Amber Heard, frappé l'actrice au visage avec son téléphone portable. Dans ce message, M. Musk proposait à l'Américaine de lui payer un service de protection contre son mari. "Mon offre tient même si tu ne veux plus jamais me revoir... Bref, désolé d'être un imbécile", écrit-il dans le SMS. "Ce silence radio fait très mal", poursuit-il. "Je m'en soucie seulement que parce que je t'aime vraiment bien". L'avocate de M. Depp a aussi accusé Mme Heard d'avoir eu une liaison avec l'acteur américain James Franco, fournissant à l'appui des vidéos prises en 2016 par des caméras de sécurité les montrant ensemble, peu après une dispute avec son client. C'est "tout à fait faux", a affirmé l'actrice, indiquant qu'ils ne faisaient que "parler". (Belga)

L'actrice de 34 ans est citée comme témoin par la défense du Sun, que Johnny Depp poursuit pour l'avoir qualifié en avril 2018 de mari violent. La société éditrice du journal, NGN, invoque pour sa défense 14 incidents dans lesquels le héros de "Pirates des Caraïbes" se serait montré violent envers son épouse. Johnny Depp rejette fermement ces accusations, affirmant n'avoir jamais levé la main sur une femme et accusant en retour de violences son ex-épouse, qu'il dépeint comme une calculatrice narcissique et sociopathe, soucieuse de détruire sa vie. Sous les questions de l'avocate de son ancien mari, Eleanor Lawes, Mme Heard a reconnu mardi avoir frappé l'acteur de 57 ans lors d'un incident en 2015, afin de l'empêcher de pousser sa soeur, Whitney Henriquez, dans les escaliers. "J'ai frappé Johnny ce jour-là pour défendre ma soeur", a avoué l'actrice de "The Danish Girl" et "Aquaman" devant la Haute Cour de Londres, pour son deuxième jour à la barre des témoins. "Il allait la pousser dans les escaliers et, au moment où c'est arrivé, je me suis rappelée avoir entendu qu'il avait poussé une ancienne petite amie - Kate Moss, je crois - dans les escaliers", a-t-elle ajouté. Affirmant tenir cette "rumeur" de "deux personnes", elle a expliqué avoir "agi en un éclair pour la défendre", précisant n'avoir jamais auparavant répliqué aux "années" de violences de son ex-mari. "Je n'ai jamais porté de coup et je n'oublierai jamais cet incident... C'était la première fois après toutes ces années" que je le frappais, a-t-elle déclaré. Mme Laws a aussi reproché à l'ex-femme de son client d'avoir entretenu plusieurs liaisons pendant les deux ans de leur mariage orageux, avec l'acteur James Franco mais aussi avec le fondateur de Tesla et SpaceX Elon Musk, ce qu'elle a toujours farouchement nié. Elle a en particulier accusé Amber Heard d'avoir régulièrement reçu en mars 2015 des visites nocturnes du fantasque patron de Tesla. "Je n'étais même pas en contact avec Elon avant 2016", s'est défendue celle-ci. Mme Laws a lu à la Cour un SMS envoyé par Elon Musk en 2016, au lendemain d'une agression présumée au cours de laquelle Johnny Depp a, selon les dires d'Amber Heard, frappé l'actrice au visage avec son téléphone portable. Dans ce message, M. Musk proposait à l'Américaine de lui payer un service de protection contre son mari. "Mon offre tient même si tu ne veux plus jamais me revoir... Bref, désolé d'être un imbécile", écrit-il dans le SMS. "Ce silence radio fait très mal", poursuit-il. "Je m'en soucie seulement que parce que je t'aime vraiment bien". L'avocate de M. Depp a aussi accusé Mme Heard d'avoir eu une liaison avec l'acteur américain James Franco, fournissant à l'appui des vidéos prises en 2016 par des caméras de sécurité les montrant ensemble, peu après une dispute avec son client. C'est "tout à fait faux", a affirmé l'actrice, indiquant qu'ils ne faisaient que "parler". (Belga)