Exit Elke Sleurs du gouvernement fédéral. La secrétaire d'Etat N-VA, en charge notamment de la politique scientifique, quitte l'équipe de Charles Michel pour briguer le maïorat de Gand aux communales de 2018. Elle remplace dans cette lutte stratégique le président de la Chambre, Siegfried Bracke, malmené par les secousses de l'affaire Publipart.

De façon assez étonnante, aucun média francophone n'a été convié à la conférence de presse organisée par la N-VA pour annoncer la nouvelle, en présence des deux intéressés. Il s'agissait pourtant d'annoncer une modification de l'équipe fédérale - donc d'une information susceptible d'intéresser des deux côtés de la frontière linguistique. Ni Le Vif/ L'Express, ni Le Soir, ni L'Echo, ni La Libre, ni la RTBF, ... n'ont reçu d'invitation. Johanne Montay, rédactrice en chef politique de la RTBF, s'est même étonnée explicitement sur Twitter en demandant à un collègue de la VRT qui communiquait sur cette conférence de presse : "De quoi s'agit-il ?".

Il s'agit là d'un choix apparemment délibéré de la part de la N-VA, qui informe généralement certains médias francophones de ses initiatives. "Pas de gaîté de coeur, mais pour ne pas heurter le Premier ministre", s'amuse le responsable d'une rédaction politique. Cette fois, ce ne fut même pas le cas.

Récemment, un haut responsable du MR s'inquiétait d'une tendance au "repli sur soi" des partis flamands du gouvernement fédéral qui ne s'adressent plus qu'à leur opinion publique.