"Je donne un an au secteur économique pour régler cela tout seul", a lancé la ministre social-démocrate dans un entretien au groupe de journaux Redaktionsnetzwerk Deutschland (RND). "Si rien n'est fait d'ici là, nous interviendrons par la loi", a-t-elle ajouté alors que l'Allemagne est notoirement à la traîne dans le domaine de l'emploi des femmes à des postes de hautes responsabilités. "Je n'aurais pas de problème avec un quota de femmes contraignant pour les directoires d'entreprises", a souligné la ministre en pleine campagne électorale pour les législatives du 24 septembre pour lesquelles le Parti social-démocrate (SPD) ne part pas favori. "Nous avons pu constater pendant des décennies que les objectifs volontaires ne fonctionnent pas", a-t-elle ajouté. Depuis janvier 2016, plus d'une centaine de grandes entreprises allemandes cotées en Bourse doivent employer 30% de femmes dans leur conseil de surveillance, qui a la main sur les salaires et les conditions de travail. (Belga)

"Je donne un an au secteur économique pour régler cela tout seul", a lancé la ministre social-démocrate dans un entretien au groupe de journaux Redaktionsnetzwerk Deutschland (RND). "Si rien n'est fait d'ici là, nous interviendrons par la loi", a-t-elle ajouté alors que l'Allemagne est notoirement à la traîne dans le domaine de l'emploi des femmes à des postes de hautes responsabilités. "Je n'aurais pas de problème avec un quota de femmes contraignant pour les directoires d'entreprises", a souligné la ministre en pleine campagne électorale pour les législatives du 24 septembre pour lesquelles le Parti social-démocrate (SPD) ne part pas favori. "Nous avons pu constater pendant des décennies que les objectifs volontaires ne fonctionnent pas", a-t-elle ajouté. Depuis janvier 2016, plus d'une centaine de grandes entreprises allemandes cotées en Bourse doivent employer 30% de femmes dans leur conseil de surveillance, qui a la main sur les salaires et les conditions de travail. (Belga)