L'infrastructure aéroportuaire de Tegel restera en veille pour les six prochains mois, jusqu'à ce que sa licence expire, le 4 mai 2021. Le dernier hôte de Tegel, un vol spécial de la compagnie Air France, a décollé à 15h00, emmenant ses invités d'honneur et quelques journalistes vers Paris, sous le regard du maire de la ville, de l'ambassadeur de France et d'autres dignitaires. Le premier appareil à poser ses pneus sur le tarmac de Tegel arborait également les couleurs d'Air France, en 1960. Le dernier vol régulier s'est, lui, opéré samedi, salué par plusieurs centaines de badauds venus dire au revoir à ce vestige de l'histoire allemande. Chéri des Berlinois, l'aéroport était connu ailleurs pour son architecture peu commune. Le terminal principal a en effet été dessiné en forme d'hexagone, offrant l'avantage de pouvoir rallier rapidement à pied chaque porte d'embarquement depuis son point central. Les voyageurs étaient cependant à l'étroit depuis quelques années dans cette infrastructure remontant à la guerre froide. Construit pour accueillir 10 millions de passagers, l'aéroport en a vu transiter pas moins de 24 millions en 2019. Tout un nouveau quartier doit désormais émerger à sa place, selon la municipalité de Berlin, avec des logements pour plus de 10.000 personnes, et les infrastructures correspondantes - magasins, écoles, crèches. Le terminal hexagonal, classé aux monuments historiques, abritera pour sa part un centre de développement urbain de l'Université des sciences appliquées (Beuth). (Belga)

L'infrastructure aéroportuaire de Tegel restera en veille pour les six prochains mois, jusqu'à ce que sa licence expire, le 4 mai 2021. Le dernier hôte de Tegel, un vol spécial de la compagnie Air France, a décollé à 15h00, emmenant ses invités d'honneur et quelques journalistes vers Paris, sous le regard du maire de la ville, de l'ambassadeur de France et d'autres dignitaires. Le premier appareil à poser ses pneus sur le tarmac de Tegel arborait également les couleurs d'Air France, en 1960. Le dernier vol régulier s'est, lui, opéré samedi, salué par plusieurs centaines de badauds venus dire au revoir à ce vestige de l'histoire allemande. Chéri des Berlinois, l'aéroport était connu ailleurs pour son architecture peu commune. Le terminal principal a en effet été dessiné en forme d'hexagone, offrant l'avantage de pouvoir rallier rapidement à pied chaque porte d'embarquement depuis son point central. Les voyageurs étaient cependant à l'étroit depuis quelques années dans cette infrastructure remontant à la guerre froide. Construit pour accueillir 10 millions de passagers, l'aéroport en a vu transiter pas moins de 24 millions en 2019. Tout un nouveau quartier doit désormais émerger à sa place, selon la municipalité de Berlin, avec des logements pour plus de 10.000 personnes, et les infrastructures correspondantes - magasins, écoles, crèches. Le terminal hexagonal, classé aux monuments historiques, abritera pour sa part un centre de développement urbain de l'Université des sciences appliquées (Beuth). (Belga)