Ce vote a valeur d'ultime test avant les législatives de septembre qui marqueront la fin des 16 ans de règne d'Angela Merkel. Jamais une élection dans ce petit État dominé presque sans interruption depuis la réunification par l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière n'aura suscité autant d'intérêt au niveau national. Car si la plupart des sondages donnent l'avantage à la CDU avec quelque 27-29% des suffrages, la partie s'annonce serrée face à l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), parti anti-migrants devenu la deuxième force politique régionale depuis 2016 et créditée de 24 à 28% des voix. Beaucoup dépendra des indécis qui représentent un bon tiers de l'électorat, selon le dernier baromètre de la télévision publique ZDF." Une victoire électorale de l'AfD, qui constituerait une première dans le pays, serait une catastrophe pour Armin Laschet, l'impopulaire chef de la CDU et prétendant à la succession d'Angela Merkel à l'issue des législatives du 26 septembre, jugent les observateurs. Cela relancerait les débats sur sa légitimité en tant que candidat de la droite, et "affaiblirait la situation pour l'ensemble de la CDU", pointe Hajo Funke, politologue à l'université libre de Berlin. Même si l'AfD l'emportait dimanche en Saxe-Anhalt, le parti ne serait pas en mesure de former une coalition, les autres formations refusant toute alliance avec lui. (Belga)

Ce vote a valeur d'ultime test avant les législatives de septembre qui marqueront la fin des 16 ans de règne d'Angela Merkel. Jamais une élection dans ce petit État dominé presque sans interruption depuis la réunification par l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière n'aura suscité autant d'intérêt au niveau national. Car si la plupart des sondages donnent l'avantage à la CDU avec quelque 27-29% des suffrages, la partie s'annonce serrée face à l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), parti anti-migrants devenu la deuxième force politique régionale depuis 2016 et créditée de 24 à 28% des voix. Beaucoup dépendra des indécis qui représentent un bon tiers de l'électorat, selon le dernier baromètre de la télévision publique ZDF." Une victoire électorale de l'AfD, qui constituerait une première dans le pays, serait une catastrophe pour Armin Laschet, l'impopulaire chef de la CDU et prétendant à la succession d'Angela Merkel à l'issue des législatives du 26 septembre, jugent les observateurs. Cela relancerait les débats sur sa légitimité en tant que candidat de la droite, et "affaiblirait la situation pour l'ensemble de la CDU", pointe Hajo Funke, politologue à l'université libre de Berlin. Même si l'AfD l'emportait dimanche en Saxe-Anhalt, le parti ne serait pas en mesure de former une coalition, les autres formations refusant toute alliance avec lui. (Belga)