M. Tebboune "a signé un décret présidentiel portant dissolution de l'Assemblée populaire nationale", dont le mandat devait expirer en 2022, a précisé la télévision. Aucune date n'a encore été fixée pour le scrutin. Mais la classe politique table sur le mois de juin. La dissolution de l'Assemblée - annoncée par M. Tebboune jeudi soir dans un discours programmé - survient alors qu'un remaniement ministériel est imminent. Selon la Constitution, les élections doivent avoir lieu dans un délai de trois mois. Dans le cas où ces élections ne peuvent être organisées avant cette échéance, le scrutin peut être prorogé d'une durée unique de trois mois. Dans son discours à la nation, le président Tebboune avait annoncé jeudi la dissolution de la chambre basse du Parlement et l'organisation d'élections législatives anticipées. Pour répondre à la crise politique qui ébranle l'Algérie, M. Tebboune a également décrété jeudi une grâce présidentielle en faveur d'une soixantaine de détenus d'opinion, un geste d'apaisement adressé au mouvement de protestation populaire du Hirak. Depuis, au moins 35 prisonniers ont été libérés, selon le Comité national de libération des détenus (CNLD). (Belga)

M. Tebboune "a signé un décret présidentiel portant dissolution de l'Assemblée populaire nationale", dont le mandat devait expirer en 2022, a précisé la télévision. Aucune date n'a encore été fixée pour le scrutin. Mais la classe politique table sur le mois de juin. La dissolution de l'Assemblée - annoncée par M. Tebboune jeudi soir dans un discours programmé - survient alors qu'un remaniement ministériel est imminent. Selon la Constitution, les élections doivent avoir lieu dans un délai de trois mois. Dans le cas où ces élections ne peuvent être organisées avant cette échéance, le scrutin peut être prorogé d'une durée unique de trois mois. Dans son discours à la nation, le président Tebboune avait annoncé jeudi la dissolution de la chambre basse du Parlement et l'organisation d'élections législatives anticipées. Pour répondre à la crise politique qui ébranle l'Algérie, M. Tebboune a également décrété jeudi une grâce présidentielle en faveur d'une soixantaine de détenus d'opinion, un geste d'apaisement adressé au mouvement de protestation populaire du Hirak. Depuis, au moins 35 prisonniers ont été libérés, selon le Comité national de libération des détenus (CNLD). (Belga)